France
URL courte
24526
S'abonner

Nicolas Sarkozy se défend avec acharnement face aux soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. Il semble que l’ex-Président français a choisi une arme sans faille – l’humour.

Nicola Sarkozy, mis en examen dans le cadre des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, s'est défendu jeudi soir dans le journal de 20 heures de TF1. L'une de ses déclarations n'est pas passée inaperçue auprès de l'audience.

«Si jamais on m'avait dit qu'un jour j'aurais des ennuis à cause de Kadhafi je me serais dit: "Mais vous fumez monsieur?!"», s'est exclamé l'ancien Président français.

La phrase de M. Sarkozy s'est transformée en mème sur Internet.

Sa réplique a été immédiatement reprise par de nombreux internautes. Certains utilisateurs de Twitter ont fait l'éloge du sens de l'humour de l'ancien Président français.

​Cette phrase a été proposée comme titre pour un livre sur l'affaire du financement de la campagne de M. Sarkozy.

​Il y a aussi ceux qui en ont fait des illustrations amusantes.

​Nicolas Sarkozy a été placé le 20 mars en garde à vue dans les locaux de l'office anticorruption (Oclciff) à Nanterre (Hauts-de-Seine), dans le cadre de l'enquête sur le financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. C'était la première fois que l'ancien chef de l'État était entendu dans le cadre de cette affaire depuis l'ouverture d'une information judiciaire en avril 2013.

Nicolas Sarkozy est la source d'inspiration de certains mèmes politiques. Il est notamment l'auteur de «Casse-toi, pov'con!» qui a aussi eu un beau parcours sur internet. 

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
émissions, financement, élection présidentielle, Twitter, Inc, TF1, Nicolas Sarkozy, Libye, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook