Ecoutez Radio Sputnik
    Prise d'otages à Trèbes

    Attaques dans l'Aude: un mineur placé en garde à vue

    © AP Photo /
    France
    URL courte
    Prise d'otages dans un supermarché dans l'Aude (27)
    9161

    Un mineur a été placé en garde à vue dans la nuit de vendredi à samedi pour association de malfaiteurs à caractère terroriste, dans le cadre de l'enquête sur les attaques de vendredi dans l'Aude.

    Une source proche du Parquet de Paris a communiqué à Reuters qu'un mineur, né en 2000, qui est un ami de Radouane Lakdim, le preneur d'otages de Trèbes, a été placé en garde à vue pour association de malfaiteurs à caractère terroriste.

    Vendredi 23 mars, Radouane Lakdim, un Français d'origine marocaine de 25 ans, a été abattu par des membres du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) alors qu'il s'était retranché dans un supermarché de Trèbes (Aude), localité située à 10 kilomètres de Carcassonne.

    Peu avant, il avait braqué une voiture en tuant son propriétaire et tiré sur quatre CRS à Carcassonne.

    L'attaque a fait quatre morts, dont trois dans le supermarché, en comptant le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame qui a succombé à ses blessures samedi 24 mars, et quinze blessés, dont un se trouve toujours dans un état grave.

    L'attaque a été revendiquée par Daech*.

    La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie de l'affaire. Dans la foulée, la compagne de Radouane Lakdim a été placée en garde à vue pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle».

    *Organisation terroriste interdite en Russie.

    Dossier:
    Prise d'otages dans un supermarché dans l'Aude (27)

    Lire aussi:

    La tour Eiffel éteinte en hommage aux victimes des attentats dans l’Aude
    Un testament «faisant allusion» à Daech découvert au domicile du terroriste de l'Aude
    Démission de Collomb et «défaillance profonde»: Marine Le Pen sur les attaques en France
    Tags:
    prise d'otages, Trèbes, Aude
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik