France
URL courte
Prise d'otages dans un supermarché dans l'Aude (28)
243118
S'abonner

De nombreux journalistes venus dans la cité où vivait l'auteur des attentats du 23 mars ont reçu un violent accueil de la part des habitants locaux.

Plusieurs équipes de reporters ont été agressées samedi dans la cité Ozanam, où vivait Radouane Lakdim, auteur des attentats de Trèbes et Carcassonne qui ont fait trois morts et quinze blessés le 23 mars.

Yann Bouchez du Monde a fait état sur Twitter d'altercations avec de jeunes habitants d'Ozanam: «T'es journaliste? Barre-toi d'ici ou je te casse les jambes».

​Dans un reportage de France 3 Occitanie, l'on voit deux journalistes se faire malmener par des jeunes du quartier, dont l'un lance: «Casse-toi, casse-toi, je vais t'éclater».

Les journalistes de France 3, BFMTV et d'une télévision suisse-italienne ont également été violemment pris à partie par deux jeunes, raconte Marc Dana, de France 3, cité par Franceinfo.

«Ils ont commencé à nous bousculer et à prendre nos pieds de caméras en les lançant sur nous», a-t-il explique, évoquant une «très vive altercation». Selon M. Dana, le but était principalement de faire partir les journalistes de la cité.

Français d'origine marocaine de 25 ans, Radouane Lakdim, fiché S, a mené plusieurs attaques vendredi 23 mars à Carcassonne et Trèbes (Aude), avant d'être abattu par le GIGN dans un Super U. Il s'était présenté comme «un soldat» du groupe djihadiste Daech*, qui a revendiqué les attaques.

*Organisation interdite en Russie

Dossier:
Prise d'otages dans un supermarché dans l'Aude (28)

Lire aussi:

«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Tags:
journalistes, terrorisme, Trèbes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook