Ecoutez Radio Sputnik
    Jean-Luc Mélenchon

    Mélenchon rappelle que la France paye «très cher le régime des sanctions»

    © AFP 2018 Martin BUREAU
    France
    URL courte
    20614

    «La propagande, le harcèlement et le pilonnage concernant la Russie sont insupportables», a déclaré Jean-Luc Mélenchon appelant la France à ne pas laisser les USA tirer les ficelles en imposant des restrictions antirusses. Il a ajouté que les Français payaient «très cher le régime des sanctions».

    En visite à Moscou à l'occasion du Jour de la Victoire, le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a parlé jeudi devant le monde des affaires franco-russes de la nécessité de rapprocher la France et la Russie, deux pays tellement «voisins, semblables» et unis par une histoire commune.

    «On comprend qu'il n'y aura pas de paix en Europe si on n'atteint pas la paix avec la Russie», a-t-il dit en soulignant que les sanctions européennes et les contre-sanctions russes «ont fait mal» non seulement à la Russie mais également à l'UE.

    ​«Nous payons très cher le régime des sanctions», a-t-il constaté.

    En évoquant les mesures restrictives à l'encontre de la partie russe, M.Mélenchon a en outre parlé de la «tyrannie» du dollar comme étant «le fondement de toute l'exterritorialité que se sont arrogés les États-Unis d'Amérique comme moyen de puissance».

    A ce titre, le chef de file de la France insoumise a appelé ses concitoyens à ne pas se soumettre aux décisions prises par d'autres pays en faisant eux-mêmes les choix portant intrinsèquement sur leur avenir.

    «Il faut être indépendants, c'est-à-dire en état de prendre nous-mêmes les décisions que nous avons décidées de prendre, qui nous conviennent, qui conviennent à nos intérêts et les voir mises en œuvre», a-t-il prononcé en mettant l'accent sur ce que «nous pouvons décider, ce que nous voulons».

    «La propagande, le harcèlement, le pilonnage concernant la Russie sont insupportables», a-t-il déploré.

    L'homme politique français a également déclaré que c'est «quelque chose d'assez compliqué» de «préparer les esprits à ce que la Russie soit un ennemi», les deux peuples étant liés par une «histoire longue de travail, les souvenirs historiques» ainsi que par les «influences mutuelles».

    «Je ne parle pas au nom de l'Europe mais de la part des Français», a-t-il conclu.

    Le 9 mai, Jean-Luc Mélenchon a fêté le Jour de la Victoire sur le nazisme aux côtés des Russes et a marché dans les rues de Moscou avec les participants au Régiment immortel en brandissant la photo d'un pilote de l’escadrille française Normandie-Niémen, mort en juillet 1944.

    Lire aussi:

    Frappes en Syrie: «la France mérite mieux que ce rôle», selon Mélenchon
    Mélenchon affirme être menacé de mort, Collomb fait la sourde oreille
    Mélenchon annonce son élection et un futur groupe insoumis à l'Assemblée
    Tags:
    histoire, économie, sanctions, Jean-Luc Mélenchon, Europe, France, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik