Ecoutez Radio Sputnik
    Le circuit Paul-Ricard. Photo d'archive

    Grand Prix de France: la Formule 1 de retour après 10 ans d’absence!

    © AP Photo / Claude Paris
    France
    URL courte
    Mike Beuve
    330

    10 ans, autant dire une éternité! La Formule 1, catégorie reine des sports automobiles, revient en grande pompe en France, le temps du week-end du 22 au 24 juin, sur le circuit Paul-Ricard. Si ce GP fait plaisir aux passionnés, il fait également le bonheur des personnes qui ont œuvré à son retour.

    «Paul-Ricard est un circuit que je connais bien. J'y ai fait des milliers de kilomètres l'année dernière. Même si je connais bien la piste, il y a beaucoup de choses qui changent au cours d'un week-end de course que l'on ne peut jamais prévoir. C'est un nouveau circuit pour tout le monde, donc ce sera bien de voir où on finit.»

    Ainsi parlait le jeune pilote russe de 22 ans, Sergey Sirotkin, qui tentera au volant de sa monoplace Williams de marquer quelques points historiques sur le circuit du Castellet. Historique en effet, car cela fait 10 ans que la France n'avait pas accueilli un Grand Prix de F1, le dernier Grand Prix en France remontant à 2008 sur le circuit de Magny-Cours, et depuis 1990 pour circuit Paul-Ricard, autant dire une éternité…

    Si le retour des monoplaces fait plaisir aux passionnés de sports mécaniques, 70.000 personnes sont attendues ce week-end, il fait également le bonheur de la région PACA. Et pour cause, 65 millions de recettes sont attendus et 500 emplois ont été créés pour l'évènement. Christian Estrosi, président du Grand Prix de France Formule 1 et de la région PACA, rappelle dans un communiqué les enjeux de ce week-end de course:

    «Le premier défi était de réinscrire la France au calendrier de Formule 1. Nous l'avons réussi […] C'est une lourde responsabilité, mais je suis confiant, car nous disposons des compétences, de la solidarité très forte des collectivités locales, d'un circuit innovant, mais aussi d'un formidable plateau de pilotes français. J'aspire à ce que ce Grand Prix de France 2018 soit […] une découverte ou une redécouverte du sport automobile, une mise en valeur de l'automobile française, mais aussi de l'art de vivre à la française.»

    ​Si le choix de Bernie Ecclestone, ancien patron de la F1 et désormais président d'honneur, s'est porté sur le circuit Paul-Ricard, François Fillon, Premier ministre de l'époque, y est également pour beaucoup. En 2011, l'ancien Premier ministre, lançait une «cellule Grand Prix» afin d'élaborer une proposition pour faire revenir la F1, de préférence sur le circuit du Castellet. Un chemin qui n'a pas été de tout repos, comme le confiait Stéphane Clair, directeur du circuit Paul-Ricard à RTL: «Nous avons par ailleurs faits d'énormes travaux sur le circuit, qui est maintenant plus sécurisé et doté pour ce Grand Prix de 60.000 places assises […] Il y a quelques années, nous avons âprement négocié avec Bernie Ecclestone, le grand argentier de la Formule 1 de l'époque, pour le convaincre de remettre la France sur le calendrier. Ce fut long, difficile, mais nous y sommes arrivés, car nous avions un dossier solide et nous n'avons jamais rien lâché».

    Le week-end de Grand Prix débutera le vendredi 22 juin (essais libres) jusqu'au dimanche 24 juin 2018 (jour de la course).

    Lire aussi:

    Les microcircuits asynchrones, futur de la protection des vaisseaux spatiaux?
    Des physiciens cherchent comment protéger les satellites contre les particules spatiales
    Un pilote de Formule 1 réalise un 360 en pleine course (vidéo)
    Tags:
    sport, automobile, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik