France
URL courte
24412
S'abonner

La France ne va pas ouvrir de centres de traitement des demandes d'asile sur son territoire, car elle n'est pas un État en première ligne, a déclaré le Président de la République.

Tandis que les discussions des pays de l'UE autour d'un accord censé régler la question migratoire battent leur plein, le Président français a estimé que les centres de traitement de demandes d'asile sur le sol européen sont un signe de solidarité pour des pays en première ligne, mais la France, ne l'étant pas, n'en aura pas sur son territoire.

«La France n'ouvrira pas de centres» d'accueil pour les migrants qui débarquent en Europe car elle «n'est pas un pays de première arrivée», a déclaré Emmanuel Macron, après que les pays de l'UE sont parvenus à un accord européen prévoyant de créer des centres de ce type en Europe.

M.Macron est à l'origine du principe, adopté vendredi par les 28, de créer en Europe des «centres contrôlés» dans les pays où débarquent des migrants, c'est-à-dire, selon la France, en Italie, Espagne et Grèce, mais sur une base volontaire.

Bien que le Président ait reconnu que l'accord migratoire était «une victoire», il ne règle pas à lui seul le problème migratoire ni les crises politiques liées, a-t-il signalé à l'issue du Conseil européen.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Sans précédent: la France recense plus de 13.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24h
Tags:
demande d'asile, centre d'accueil, crise migratoire, accord, migrants, migration, Union européenne (UE), Emmanuel Macron, Europe, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook