Ecoutez Radio Sputnik
    Toulouse

    Une enquête ouverte sur un prêche d'un imam de Toulouse pouvant inciter «à la haine»

    CC BY-SA 3.0 / Benh LIEU SONG / Toulouse Capitole Night
    France
    URL courte
    350

    Une enquête pour des «faits susceptibles de constituer une incitation à la haine» a été ouverte à Toulouse après qu'un prêche en arabe d'un imam de la Grande mosquée de la ville a été diffusé dans une vidéo.

    Le parquet de Toulouse a annoncé vendredi avoir diligenté une enquête pour une possible incitation à la haine, après la diffusion en vidéo d'un prêche en langue arabe d'un imam de Toulouse.

    «Le parquet de Toulouse a été saisi le 28 juin 2018 par Monsieur le Préfet de la Haute-Garonne sur le fondement de l'article 40 du Code de procédure pénale de faits susceptibles de constituer une incitation à la haine à travers des propos diffusés dans une vidéo», a expliqué le parquet de Toulouse dans un communiqué.

    La vidéo en question sous-titrée en anglais reprend une partie d'un prêche en langue arabe de l'imam de la Grande mosquée de Toulouse, Mohamed Tataï.

    Le parquet a chargé le SRPJ de Toulouse de vérifier le contenu du prêche datant selon la vidéo de décembre 2017, ainsi que les modalités de sa diffusion.

    «Les propos relayés seront donc traduits dans ce cadre judiciaire par un interprète assermenté», souligne le communiqué du procureur. «A l'issue de ces premiers actes d'enquête, il sera possible de vérifier la réalité d'un contenu infractionnel», conclut-il.

    Dans cette vidéo, où apparaît le logo de la chaîne Memri TV, on voit un imam prêcher en gros plan. Il déclare notamment, selon le texte sous-titré: «(Le prophète Muhammad) nous a parlé de la bataille finale et décisive: le jugement dernier ne viendra pas jusqu'à ce que les Musulmans combattent les Juifs».

    L'imam Tataï a été convoqué lundi matin à la Grande mosquée de Paris où il devra fournir des explications au recteur Dalil Boubakeur sur l'utilisation de ce hadith», a indiqué à l'AFP un responsable de ce lieu de culte, Slimane Nadour.

    Selon cette source, la Grande mosquée de Toulouse n'est pas membre de la Fédération nationale de la Grande mosquée de Paris (FNGMP, liée à l'Algérie) mais est proche de celle-ci.

    Pour sa part, «la grande mosquée de Paris rappelle son combat permanent contre l'antisémitisme et toute forme de racisme».

    Dans un tweet, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a condamné avec fermeté les appels à la haine.

    Lire aussi:

    Macron au dîner du CRIF, tiraillé entre les juifs français et les enjeux israéliens
    Marche blanche pour Mireille Knoll: politiser le communautarisme, passion du CRIF?
    Le casse-tête des imams radicaux en Europe
    Tags:
    langue arabe, Juifs, condamnation, mosquée, parquet, haine, imam, prêcheur, enquête, Paris, Toulouse, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik