France
URL courte
14215
S'abonner

Les enfants constituant la principale cible de la stratégie de recrutement des djihadistes, près de 2.000 enfants de 9 à 15 ans ont été recrutés et formés par eux en Irak et en Syrie, selon l’ONG américaine Centre Soufan. 77 d’entre eux seraient à présent retournés en France.

77 enfants seraient rentrés en France de la zone irako-syrienne occupée par Daech*, a indiqué dans les pages du Monde la sociologue Hasna Hussein.

S'appuyant sur les chiffres de l'ONG américaine Centre Soufan, la spécialiste annonce qu'environ 2.000 enfants âgés entre 9 et 15 ans ont été recrutés et formés par les radicaux en Irak et en Syrie.

460 mineurs français feraient partie de ce grand groupe, ce qui place la France en tête des pays concernés.

Cette information se base sur les chiffres fournis par le Soufan Center, un organisme à but non lucratif fondé par un ancien membre du FBI spécialisé dans le contre-terrorisme.

«Les deux tiers sont partis avec leurs parents, le tiers est composé d'enfants nés sur place [qui] ont donc moins de quatre ans», précise la sociologue en se basant sur des déclarations des autorités françaises.

Les enfants constituent la principale cible de la stratégie de recrutement de Daech*, souligne la spécialiste. Les garçons et les filles sont largement utilisés dans la propagande médiatique du groupe terroriste, note-t-elle. «L'idéologie djihadiste accorde une importance particulière à l'éducation des enfants afin de les initier au combat», lit-on dans la tribune.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Plus de 15.000 nouveaux cas de Covid-19 dénombrés en France en 24 heures
Voici ce que l’on risque en publiant son QR Code de vaccination sur Internet
Effondrement d'un bâtiment abritant plusieurs médias internationaux à Gaza sous les frappes israéliennes - vidéo
Le risque d'une guerre à grande échelle avec la Palestine évalué par l'ambassadeur d’Israël en Russie
Tags:
enfants, djihadisme, Etat islamique, Hasna Hussein, Syrie, France, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook