France
URL courte
Affaire Benalla (194)
9200
S'abonner

Les victimes présumées des violences effectuées en marge du 1er mai dernier à Paris par Alexandre Benalla ont été identifiées, elles souhaitent être entendues ultérieurement.

L'homme et la femme qu'on voit être agressés dans les vidéos des violences commises le 1er mai à Paris par le collaborateur d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, ont fait savoir aux enquêteurs qu'ils voulaient s'exprimer, relate la presse française.

Le Monde a mis en ligne le 18 juillet au soir une vidéo filmée le 1er mai à Paris, où un homme, identifié comme Alexandre Benalla, coiffé d'un casque à visière des forces de l'ordre, s'en prend à un jeune homme à terre.

Le 20 juillet, une autre vidéo a été postée sur les réseaux sociaux, où on peut voir Alexandre Benalla agresser une femme, en marge de la manifestation du 1er mai, place de la Contrescarpe, à Paris.

Suite à ce scandale, Alexandre Benalla a été placé en garde à vue le 20 juillet. Samedi matin, son domicile, dans les Hauts-de-Seine, a été perquisitionné.

En outre, trois policiers ont été suspendus pour avoir transmis des images de vidéo-surveillance à Alexandre Benalla, filmé en train de frapper un manifestant le 1er mai, et placés en garde à vue le 21 juillet au matin pour «détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection» et «violation du secret professionnel».

Les trois hauts gradés mis en cause appartiennent à la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la préfecture de police de Paris. Il s'agit du chef d'état-major adjoint, d'un commissaire présent au moment des faits, place de la Contrescarpe à Paris, et du commandant en charge des relations entre la préfecture de police et l'Élysée, ont signalé plusieurs sources proches du dossier. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a «condamné lourdement» les agissements de ces trois fonctionnaires.

Il est à noter que Gérard Collomb sera auditionné le 23 juillet à 10h00 dans le cadre de l'affaire Benalla par la commission des lois de l'Assemblée nationale dotée des pouvoirs d'enquête, a annoncé sa présidente Yaël Braun-Pivet (LREM).

Dossier:
Affaire Benalla (194)

Lire aussi:

La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
En marche vers une nouvelle crise? La dette des entreprises explose... et est de moins bonne qualité
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
Quelle a été la réaction de l’épouse de Benjamin Griveaux à la publication de ses vidéos X?
Tags:
vidéo, perquisition, affaires, victimes, Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook