Ecoutez Radio Sputnik
    EPR de Flamanvill

    EPR de Flamanville: «des problèmes quasi systémiques de malfaçon et de dissimulation»

    © AFP 2019 CHARLY TRIBALLEAU
    France
    URL courte
    Par
    11326
    S'abonner

    La construction du fleuron du nucléaire français prend du retard et coûte de plus en plus cher. EDF a annoncé devoir refaire une partie des soudures du réacteur nucléaire de l’EPR de Flamanville, avec pour conséquences : un an de retard et un dépassement de budget de près de 400 millions d’euros.

    « C'est confirmé », commente sur Twitter Greenpeace, qui avait flairé, avec le réseau Sortir du Nucléaire, un énième déboire à la centrale censée devenir le fleuron du nucléaire français: « A la fin du mois de mai, nous vous parlions d'un nouveau dérapage possible du côté de l'EPR de #Flamanville suite à la détection d'un problème de soudures ». C'est maintenant officiel.

    ​Le mercredi 25 juillet, EDF a annoncé le report de la mise en service de l'EPR de Flamanville. La facture s'alourdit, tandis que le gouvernement repousse la fermeture de la centrale de Fessenheim… L'EPR devrait finalement être en service dans un an et 400 millions d'euros supplémentaires sont nécessaires pour résoudre des problèmes de soudures rencontrés sur le chantier. 

    « Il y a la question des soudures défectueuses, mais aussi des décisions, non-décisions, et d'absence de contrôle », dénonce Charlotte Mijéon du Réseau Sortir du Nucléaire, qui a porté plainte le 18 juillet, avec Greenpeace, en raison de « dix infractions au code de l'environnement ».

    « Les soudures sont censées présenter une qualité de fabrication impeccable parce qu'elles sont dites ‘sous exclusion de rupture' […]. La contrepartie étant, puisqu'on suppose que cette haute qualité est atteinte, les scénarios accidentels, qui supposent une rupture, ne sont pas étudiés », déplore-t-elle.

    « Les exigences supplémentaires pour atteindre ce niveau de ‘sous exclusion de rupture' n'ont pas été transmises au fournisseur. Cela dénote un certain défaut d'organisation et de communication interne ».

    EDF brade son patrimoine immobilier
    © Photo. Facebook / EDF
    Mais ce n'est pas tout. Un problème de taille rencontré par EDF aurait pu être signalé bien plus tôt aux organismes compétents qui, dans leur fonctionnement, présente aussi un problème: avec le contrôle de la sûreté tel qu'il existe actuellement, « on postule que c'est l'exploitant qui, de bonne foi, ira déclarer les problèmes ».

    « Dès 2015, EDF avait repéré des défauts sur ces soudures, préfabriquées. C'est seulement en 2017 que l'Autorité de sûreté nucléaire a été avertie ». Chaque inspection révèle son lot de problèmes « quasi systémiques de malfaçon et de dissimulation de l'information et de mauvaise surveillance du prestataire », estime Charlotte Mijéon.

    Le chantier a été lancé en 2004 sous le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin et la centrale devait entrer en service en 2012. 

    Sauf que la décennie de travaux a été marquée par des drames, de multiples problèmes liés aux nouvelles exigences en matière de sécurité des autorités françaises puis à la qualité des pièces.

    L'EPR de Flamanville devait initialement coûter 3 milliards d'euros, mais la facture a déjà triplé. Ce surcoût de 400 millions d'euros, est « tout à fait gérable » d'après Nicolas Goldberg, du cabinet Colombus Consulting, cité par Les Echos: mais « les déboires à répétition de Flamanville ‘fragilisent la position d'EDF', qui milite pour la construction d'un deuxième EPR en France ». 

    Tags:
    réacteurs nucléaires, nucléaire, Flamanville
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik