France
URL courte
33331
S'abonner

Violemment critiqué dans le cadre de l'affaire Benalla, le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb est au cœur d'une nouvelle polémique. Cette fois, à cause d'un de ses collaborateurs qui a été aperçu à ses côtés en octobre 2017 portant un brassard «police».

La vive émotion suscitée par l'affaire Benalla n'est pas encore retombée que des médias et des internautes français discutent déjà des images d'un collaborateur de Gérard Collomb, Arthur Empereur, portant un gilet pare-balles et un brassard «police» lors du déplacement du ministre de l'Intérieur en octobre 2017 à Juvisy.

La vidéo publiée ce soir par Lyon Mag et reprise par nombre de médias pose beaucoup de questions quant au droit d'Arthur Empereur, aujourd'hui conseiller en communication digitale du ministre de l'Intérieur, à porter ses insignes.

​Lyon Mag a rappelé que l'article 433-15 du code pénal prévoit une sanction «de six mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende pour toute personne qui portaient publiquement, un uniforme ou faisait usage d'un insigne ou d'un document distinctifs réservés aux fonctionnaires de la police nationale».

Quant au ministère de l'Intérieur, il s'est empressé de déclarer que des brassards similaires étaient utilisés strictement pour permettre l'identification de ses équipes lors des déplacements du ministre.

Quoi qu'il en soit, la plupart des internautes n'ont pas trouvé ces explications suffisantes.

Lire aussi:

Au moins 25 morts dans le crash d’un avion de transport militaire An-26 en Ukraine - images
Attaque à Paris: cinq nouvelles gardes à vue en cours, selon une source judiciaire
«Le confinement a tué mon père», déclare Elie Semoun en colère
Des scientifiques désignent les «responsables» de la propagation de la pandémie de Covid-19
Tags:
Alexandre Benalla, Gérard Collomb, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook