Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Benalla

    «Viré ou pas?»: Benalla cherche un véhicule de l'Élysée à la fourrière, le Net perplexe

    © AFP 2018 CHRISTOPHE ARCHAMBAULT
    France
    URL courte
    33460

    L’ancien collaborateur du Président de la République Alexandre Benalla a essayé de récupérer une voiture de l'Élysée à la fourrière, relatent des médias français. Les utilisateurs des réseaux sociaux ont beaucoup commenté la nouvelle.

    Le 27 juillet, Alexandre Benalla a tenté de prendre une Renault Talisman du parc automobile de l'Élysée au dépôt du boulevard Auriol, dans le sud de Paris, sans succès, selon la presse française.

    Comme l'indique des médias, ce véhiculé y a été placé le 20 juillet, jour du début de la garde à vue d'Alexandre Benalla, qui l'a garé «un peu n'importe comment» et a été ainsi sanctionné.

    L'agent présent sur place a refusé de lui rendre la voiture. D'après Europe 1, Alexandre Benalla a eu une sorte de sauf-conduit. L'Élysée a toutefois indiqué qu'il s'agissait d'une initiative personnelle et qu'aucun document permettant de récupérer le véhicule n'avait été délivré à M.Benalla.

    Après avoir appris l'information sur la tentative de l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron de récupérer le véhicule, la police judiciaire l'a perquisitionné et y a trouvé des affaires appartenant à Alexandre Benalla, indique Europe 1.

    Des internautes ont aussi réagi à la nouvelle en faisant des publications sarcastiques sur les réseaux sociaux.

    ​Alexandre Benalla, collaborateur du Président de la République française, dont le licenciement a été annoncé le 20 juillet, avait été filmé le 1er mai à Paris en train de frapper des manifestants alors qu'il était présent en tant qu'observateur auprès des forces de l'ordre.

    M.Benalla a été ensuite placé le même jour en garde à vue pour violences et usurpation de fonction. Son domicile à Issy-les-Moulineaux a été perquisitionné le 21 juillet au matin. Le 22 juillet, le parquet de Paris a annoncé la mise en examen pour «violences en réunion» d'Alexandre Benalla et des quatre autres protagonistes filmés en train de frapper des manifestants le 1er mai.

    Le Président Macron a affirmé le 24 juillet, devant des membres du gouvernement et des députés de La République en marche, que les faits qui s'étaient produits le 1er mai étaient une «trahison» et que le seul responsable de la situation était lui-même.

    Lire aussi:

    Perquisition en cours au bureau d'Alexandre Benalla à l'Élysée
    EN DIRECT: l'audition du ministre de l'Intérieur Collomb à l'Assemblée nationale
    Alexandre Benalla mis en examen pour violences en réunion, selon le parquet de Paris
    Tags:
    fourrière, automobile, Alexandre Benalla, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik