France
URL courte
13290
S'abonner

Les contremesures économiques russes, introduites en réponse aux restrictions imposées à l’égard de Moscou par certains pays européens, ont poussé des entrepreneurs français à établir de nouveaux liens avec la Russie dans le secteur agroindustriel, a indiqué à RIA Novosti le directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie franco-russe.

Réagissant à l'embargo alimentaire adopté contre les produits agricoles importés de plusieurs pays de l'UE, dont la France, des entrepreneurs français ont commencé à développer de nouveaux projets en Russie, a déclaré à RIA Novosti le directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie franco-russe, Pavel Chinsky.

D'après lui, la mise au point et la création de telles initiatives laissent espérer que la collaboration entre les deux pays sera encore renforcée.

Pavel Chinsky a en outre ajouté que les entrepreneurs russes avaient aussi commencé à fabriquer des produits français en Russie sur la base de l'expérience acquise en France, des méthodes, de certains types de composants et de matières premières, ainsi que grâce à la combinaison de l'équipement russe et français.

En août 2014, la Russie a interdit l'importation de produits agricoles et de denrées alimentaires depuis les pays ayant introduit des sanctions contre Moscou sur fond de crise ukrainienne. Il s'agit notamment des États-Unis, des pays de l'UE, du Canada, de l'Australie et de la Norvège. Ces contremesures ont largement contribué au développement du secteur agroindustriel en Russie, estiment plusieurs experts.

Lire aussi:

Linda Kebbab, policière insultée: «je ne suis pas une indigène, je suis Française!»
«Chut, taisez-vous!»: Didier Raoult s’en prend à une journaliste de BFM TV
Restrictions chinoises sur le trafic aérien: les Américains attaquent, les Européens acquiescent
Les «loups soldats» de la Chine révolutionnent la diplomatie chinoise
Tags:
projet, collaboration, production agricole, produits alimentaires, business, entrepreneur, Russie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook