France
URL courte
7826168
S'abonner

La mère de Thomas Gallay condamné au Maroc pour appartenance présumée à une cellule terroriste a eu une entrevue avec le Président français. De nombreux internautes estiment qu’il y a d’autres personnes qu’Emmanuel Macron aurait dû accueillir en premier lieu.

Emmanuel Macron a accueilli samedi dans la résidence présidentielle de Brégançon Beatrice Gallay, la mère de Thomas Gallay, un Français condamné à quatre ans de prison au Maroc pour «soutien financier» à des personnes ayant voulu perpétrer des actes terroristes. Il est accusé d'avoir prêté environ 70 euros à un homme radicalisé.

Pour Mme Gallay, il s'agissait d'une occasion de plaider la cause de son fils qui réfute ces accusations. Elle espère obtenir le transfert de ce dernier vers la France.

«Je suis rassurée dans le sens où, à partir du moment où il [Emmanuel Macron, ndlr] m'a dit les yeux dans les yeux qu'il allait s'en occuper, j'ai vu qu'il connaissait le dossier de Thomas», a-t-elle déclaré au terme d'une entrevue d'une trentaine de minutes.

Cette rencontre a provoqué une vive réaction sur la Toile. Certains internautes ont indiqué que le Président français aurait mieux fait de s'occuper d'autres problèmes.

​Une utilisatrice de Twitter s'est indignée que la mère d'un terroriste présumé soit plus considérée par le Président français que les parents des Français assassinés.

​Nombreux ont été ceux qui ont rappelé l'affaire d'Adrien Perez mortellement poignardé le 29 juillet à la sortie d'une boîte de nuit à Meylan, près de Grenoble. Emmanuel Macron n'avait pas réagi à cet assassinat. 

Lire aussi:

Un Gilet jaune interpellé pour avoir remplacé le portrait de Macron par un QR code
Grève des sapeurs-pompiers: «Nous préférons attendre d’avoir des certitudes sur les vaccins»
Didier Raoult propose de se mettre de la vaseline dans le nez pour contrer le Covid-19
Face au «chantage» gouvernemental, ils préfèrent acheter un faux-vrai pass sanitaire par principe - témoignages
Tags:
France, Maroc, Emmanuel Macron, terrorisme, peine de prison, audience
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook