Ecoutez Radio Sputnik
    La police française

    «Chicago français»: délinquance 63% plus élevée que dans des villes de même taille

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    14419

    À Grenoble on tire la sonnette d’alarme, la délinquance y étant 63% plus élevée que dans des villes françaises de même taille. Cette situation sécuritaire est jugée «catastrophique» par l'antenne du syndicat de police Alliance Police Nationale en Isère.

    Le syndicat Alliance Police Nationale a dénoncé vendredi dernier l'insécurité «catastrophique» régnant à Grenoble, allant jusqu'à qualifier la ville de «Chicago français», alors même que le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, était en déplacement à quelques kilomètres de là, dans le Vercors, a indiqué l'AFP.

    Une délinquance 63% plus élevée que dans les autres villes françaises de la même taille. C'est une situation sécuritaire «catastrophique», a indiqué l'antenne du syndicat de police Alliance en Isère.

    «Rien que sur ces quinze derniers jours, on dénombre plusieurs agressions au couteau et règlements de comptes par armes à feu (un des protagonistes ayant moins de seize ans)», a-t-il noté, cité par l'AFP.

    Le syndicat a rappelé qu'avec d'«autres acteurs de la sécurité» (mairie, préfecture, direction de la sécurité publique), il avait «tiré le signal d'alarme» auprès du «gouvernement et des directions centrales», mais sans résultat.

    Dans ce contexte, Alliance Police Nationale a rappelé les propos tenus il y a un an par le procureur de la République à Grenoble, Jean-Yves Coquillat.

    Il avait alors affirmé n'avoir «jamais vu une ville de cette taille aussi pourrie et gangrénée par le trafic de drogue».

    Constatant que le ministre Gérard Collomb avait «préféré se consacrer à la sécurisation des activités sportives et à l'air pur du Vercors plutôt qu'à l'atmosphère beaucoup moins vivifiante de la cité grenobloise», le syndicat a rappelé que trente postes n'étaient pas pourvus dans la ville, «sans perspective de renfort sur les prochains mois».

    Ainsi, les policiers démotivés «sollicitent leur mutation, faute d'attractivité pour les retenir». Le syndicat demande que le bassin grenoblois «soit considéré en secteur difficile et bénéficie de la prime de fidélisation correspondante» et qu'il reçoive rapidement de nouveaux effectifs.

    «Sans un changement radical de politique, dans peu de temps, la loi de la rue remplacera celle de la République», a-t-il averti.

    Dans la nuit du 28 au 29 juillet, Adrien Perez, un jeune homme de 26 ans, a été mortellement poignardé alors qu'il défendait un ami contre des agresseurs près d'une discothèque de la banlieue de Grenoble. La multiplication d'agressions d'une extrême violence qui marquent l'actualité depuis le début de l'été inquiète les forces de l'ordre.

    Lire aussi:

    Radio Sputnik: Les infos du 10 octobre 2017!
    Quand les policiers français sont identifiés, traqués et attaqués
    La police à court de munitions pour l’entraînement, le Sénat tire la sonnette d’alarme
    Tags:
    policier, boîte de nuit, agresseur, syndicats, délinquance, insécurité, AFP, Gérard Collomb, Chicago, Grenoble, Isère, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik