Ecoutez Radio Sputnik
    Maladie

    «L’épidémie est éternelle»: la fièvre tueuse reviendrait du passé en France

    CC0 / Pixabay/ rawpixel
    France
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    5416

    Deux mois après le début de l’épidémie de fièvre charbonneuse dans les Hautes-Alpes qui a tué plus de 50 bêtes, le syndicat agricole FDSEA a déposé plainte le 23 août contre X pour «connaître la vérité». Le syndicat des Jeunes agriculteurs lui emboîte le pas ce 24 août. En attendant, les remèdes ne sont pas disponibles et les éleveurs s’inquiètent.

    Une résurgence inédite et inquiétante: la fièvre charbonneuse ou anthrax en anglais, a tué plus de 50 animaux dans les Hautes-Alpes depuis le mois de juin, dans 23 foyers distincts. Une maladie d'autant plus prise au sérieux qu'elle est potentiellement transmissible à l'homme: 103 personnes entrées en contact avec la bactérie sont sous traitement antibiotique, selon l'Agence régionale de santé (ARS).

    Deux mois après le début de l'épidémie, le syndicat agricole FDSEA 05 (Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles des Hautes-Alpes) a déposé plainte contre X, le 23 août, pour «connaître la vérité» sur la résurgence de cette maladie. Car si la sécheresse fait réapparaître dans les sols les bactéries responsables de la fièvre charbonneuse et que la pluie les diffuse, la météo n'explique pas tout, explique Sandrine Hauser, secrétaire générale de la FDSEA:

    «Pour nous, elle [la bactérie] ne peut pas être sortie de terre comme ça. On a eu des sécheresses en 2003 et elle n'est pas ressortie. Donc si c'était vraiment la sécheresse, pourquoi elle n'est pas ressortie en 2003?» s'interroge Mme Hauser, elle-même éleveuse.

    Quelle est la vraie cause de la réapparition de cette bactérie? Des travaux faits en profondeur, en l'occurrence des trous creusés pour la pose de pylônes électriques, pourraient être à l'origine de cette résurgence, dans des zones où des bêtes mortes auraient été enterrées il y a plus de cent ans:

    «Nos questions c'est: soit on a tort et ce ne sont pas les travaux qui l'ont fait sortir et l'enquête nous le dira, soit c'est les travaux et on sait d'où ça vient. […] Mais on n'accuse pas plus les pylônes qu'autre chose.»

    Il existerait donc des charniers, correspondant à des épidémies de fièvre charbonneuse, dont la localisation n'est pas avérée: «Si on ne fait pas de travaux très profonds, on saura que pour les années à venir, on est tranquilles.»

    Dans le département, «ça fait 25 ans qu'on enterre plus les animaux morts, explique-t-elle. Mais l'épidémie est éternelle. Ça peut être des charniers qui ont 100, 200, 50 ans, on ne sait pas! Mais on pense plus de 100 ans, parce que personne ne s'en rappelle.»

    S'ajoute à cette épidémie inédite un problème d'accessibilité des vaccins, le laboratoire espagnol les produisant étant fermé au mois d'août…

    «La propagation, les pouvoirs publics ne peuvent rien contre. Elle est là, elle peut nous tomber dessus. C'est un problème de vaccin, ce n'est pas la faute du département si le laboratoire ferme en août et qu'il n'y a qu'un laboratoire au monde qui le fait.»

    Pas assez de vaccins, et pas assez de vétérinaires ruraux: «Le rural n'intéresse plus», déplore Mme Hauser.

    «Le gros problème du département des Hautes-Alpes, c'est qu'on a plus de vétérinaires ruraux. On n'en a plus que six dans tout le département, sachant qu'ils vont aussi sur le 04 et sur l'Isère, et deux vont s'arrêter.»

    «Aujourd'hui, on fait avec ce qu'on a et on fait au mieux avec les pouvoirs publics». En attendant une réponse claire,

    «On surveille tous nos bêtes. Dès qu'il en manque une, c'est la panique. […] Le préjudice financier, il est pris en charge, pas le préjudice moral», conclut-elle. 

    Lire aussi:

    Alger-Paris: pourquoi la résurgence de vieilles maladies et y a-t-il un lien entre elles?
    «Les anti-vaccins sont dominants sur les réseaux sociaux»
    La rougeole refait son apparition en Europe et aux USA
    Tags:
    fièvre, fièvre charbonneuse, maladie, Hautes-Alpes, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik