France
URL courte
21898185
S'abonner

Quatre jeunes filles ont été agressées par des migrants à la sortie d'une boite de nuit à Nantes. La famille de l'une d'elles, qui a reçu de terribles blessures, a crié sa colère, ne faisant d'ailleurs pas d'éloges au gouvernement pour ce qu'il a «fait de notre beau pays».

L'ambiance dans les rues de Nantes semble de moins en moins sécurisée, comme a pu constater la famille d'une des filles tabassées par des migrants. Sur Facebook, le cousin de la jeune fille a publié l'histoire racontée par le père de celle-ci, qui s'est produite samedi dernier, et l'a accompagnée d'une image du visage de sa cousine après l'attaque. La publication a été depuis supprimée, mais largement relayée sur les réseaux sociaux.

Indigné, le père a décrit l'attaque qui s'est déroulée lorsque sa fille et ses trois amies sortaient d'une boite de nuit. Elles ont reçu des bouteilles de bière dans le visage et des coups de pied. Par conséquent, des «points de sutures» sur la tête et des hématomes se distinguent partout sur leur corps.

Comble de l'ironie, il n'y avait pas d'agents de police à proximité. La famille de la jeune fille a porté plainte avec une description assez détaillée de l'apparence des individus.

Le père a reproché au Président de la République la situation migratoire dans le pays, nuisible pour l'État et le peuple, avec «plus de 250 migrants dans les tentes» installées dans le centre de la ville. De même, il a fustigé l'inaction de la police.

Auparavant, le parquet de la commune d'Auxerre, dans l'Yonne, a délivré deux mandats d'arrêts à l'encontre de deux migrants afghans, soupçonnés d'avoir violé collectivement un adolescent de 15 ans le 5 août dernier. La victime a porté plainte et une enquête judiciaire pour viol en réunion a été ouverte.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, plus de 10 morts et 100 blessés - images
La plus forte augmentation de cas de Covid-19 en France en 24 h depuis fin avril
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Tags:
attaque, camp de migrants, fille, crise migratoire, migrants, police, agression, Nantes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook