Ecoutez Radio Sputnik
    Euro

    La vie «au-dessus de ses moyens» de la France pourrait-elle mener au Frexit?

    © Photo. Pixabay
    France
    URL courte
    401634

    Ces dernières années, la conjoncture économique ne fait que se dégrader en France, constate l'économiste Philippe Dessertine dans une tribune au Figaro. Aujourd'hui, il est temps d'y remédier pour éviter des conséquences politiques: «le Frexit n'est pas une option», souligne-t-il.

    Emmanuel Macron in St. Petersburg
    © Sputnik . Ramil Sitdikow
    La situation actuelle en Italie, où gouvernent le Mouvement 5 étoiles et la Ligue, pourrait également se produire dans l'Hexagone à l'avenir, «interprétée» par une alliance entre La France Insoumise et le Rassemblement national, estime l'économiste Philippe Dessertine, directeur de l'Institut de haute finance et ancien membre du Haut Conseil des finances publiques, dans une tribune pour Le Figaro. Sur fond de problèmes budgétaires, cela pourrait avoir d'importantes conséquences, parmi lesquelles le Frexit.

    Le risque que le scénario italien se reproduise n'est pas inimaginable vu que les actions du Président de la République ressemble à celles de Matteo Renzi en Italie: Emmanuel Macron «tergiverse au moment de s'attaquer au cœur de la faiblesse structurelle française, les fameux déficits jumeaux — celui de la balance du commerce extérieur et celui des finances publiques», souligne l'économiste.

    «Non seulement la France vit au-dessus de ses moyens depuis de nombreuses années, mais de surcroît notre pays dilapide une partie de sa richesse au profit de ses fournisseurs extérieurs», explique-t-il.

    C'est dans ce contexte économique que le candidat d'En Marche! a été élu au poste de Président en 2017. Depuis lors, la situation n'a pas grandement changé. Plutôt, l'économie française s'apprête à toucher la ligne où la situation sera «intenable» — pas sans conséquences politiques.

    Le budget rédigé par le gouvernement pour 2019 s'avère être loin de refléter le véritable état de l'économie: «La croissance est plutôt surestimée par Bercy», tout comme les rentrées fiscales, souligne M. Dessertine. Dans le même temps, les dépenses s'accroissent sans cesse pour la plupart.

    Puis, le déficit public au-dessus de la barre des 3%, solennellement annoncé, est un «leurre». Cette année, le chiffre moyen pour l'espace européen, fomenté par une «conjoncture favorable», devrait atteindre 0,7%. En cela, les dépenses publiques dans la zone euro sont de 47% en moyenne, tandis que celles de la France sont au niveau d'environ 56% du PIB. Ce fossé des 9% étant équivalent à quelque 200 milliards d'euros, calcule l'économiste.

    Par conséquent, la France est toujours loin de parvenir à ces objectifs qu'elle se donne année après année. L'État perd sa compétitivité internationale, «le trou de la balance extérieure» étant estimé à un record de 67 milliards d'euros en 2017, accompagnant ainsi les 59,7 milliards de déficit public. Plus faible chez la plupart des pays voisins, la dette publique monte à 97% du PIB, ajoute-t-il.

    Pour y remédier, le Président a décidé d'attirer l'attention publique sur les atouts dont on dispose toujours, alors qu'une analyse de cette situation dégradée et une «refonte globale des dépenses de l'État» étaient nécessaires, poursuit l'expert.

    Et voilà vers où le cap de ces derniers années mène la France: il faut soit s'attaquer au déficit et à la dette publique, soit se tenir prêt à affronter les «conséquences dramatiques» de cet affaiblissement.

    En somme, le Frexit n'est pas considéré comme une option sur cette période de tensions dans la zone euro et l'UE, résume l'économiste, appelant les partenaires européens à «relancer un grand projet commun d'une France forte».

    Lire aussi:

    Maîtrise des comptes publics: la Cour des comptes ne croit pas aux promesses de Macron
    L'Italie a envisage de rétablir sa monnaie nationale
    Résorber la dette publique: l'impossible mission du gouvernement?
    Tags:
    PIB, zone euro, aide, Frexit, politique, problèmes, conséquences, remède, dépenses, dette publique, budget, déficit budgétaire, économie, Union européenne (UE), Emmanuel Macron, Europe, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik