Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    Macron prêt à effectuer de nouvelles frappes contre Damas

    © Sputnik . Mikhail Voskresenskiy
    France
    URL courte
    769118

    Les militaires français se disent prêts à effectuer de nouvelles frappes contre la Syrie dans le cas où Damas utiliserait des armes chimiques, a déclaré lundi Emmanuel Macron.

    Devant les ambassadeurs réunis à Paris, le chef de l'État français a expliqué sous quelles conditions la France envisageait d'effectuer de nouvelles frappes contre la Syrie.

    «Quand le régime syrien a bombardé sa population avec des armes chimiques, nous avons frappé plusieurs de ses installations dans la nuit du 13 au 14 avril dernier avec nos alliés britannique et américain, et nous continuerons à agir ainsi en cas d'utilisation avérée de ces armes», a-t-il souligné.

    Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur les 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, d'après le ministre russe de la Défense.

    Le bombardement a été mené au prétexte d'une opération visant à éliminer les armes chimiques présumées de cet État, suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Lire aussi:

    Lavrov: la frappe occidentale contre la Syrie visait à saper la mission de l'OIAC
    Les inspecteurs de l'OIAC entrent dans Douma
    «Contenir l'agression»: à quoi serait prêt Moscou après les frappes contre la Syrie?
    Tags:
    armes chimiques, Damas, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik