Ecoutez Radio Sputnik
    Nicolas Hulot

    Hulot: avant la «couleuvre» du lobby de la chasse, un «boa constrictor» nommé nucléaire?

    © AFP 2018 Ludovic Marin
    France
    URL courte
    Elliot Lelievre
    14102

    Un rapport préconisant la construction de six nouveaux réacteurs nucléaires en France aurait été présenté à Nicolas Hulot peu de temps avant sa démission. Assez dur à avaler pour l’inciter à quitter le gouvernement? Pas impossible, au vu des convictions de l’ancien ministre de l’Écologie.

    Nicolas Hulot a-t-il vraiment démissionné après avoir croisé le fer et perdu la bataille contre le lobby de la chasse? Un article paru dans Les Échos laisse à croire que le nucléaire y serait aussi pour quelque chose.

    «Vous avez, les mois passant, un ministre qui cède sur les perturbateurs endocriniens, sur le CETA, sur le glyphosate et maintenant sur la transition énergétique, qui n'avale plus des couleuvres, qui avale des boas constrictors!»

    Le 7 novembre dernier, Yannick Jadot dénonçait en ces termes le renoncement de Nicolas Hulot sur la sortie progressive du nucléaire, après que ce dernier ait reporté de dix ans l'objectif de ramener à 50% la part de l'atome dans le mix énergétique français d'ici à 2025, argumentant que «beaucoup savaient que cet objectif n'était pas atteignable».

    Après sa démission le 28 août dernier, la question se pose: Nicolas Hulot a-t-il vraiment démissionné après avoir croisé le fer et perdu la bataille contre les lobbys de la chasse ou n'était-ce que la couleuvre de trop?

    Un article paru dans Les Échos laisse à croire que le nucléaire y serait pour quelque chose. Et pour cause, il cite un rapport commandé au printemps dernier par les ministères de l'Économie et de la Transition écologique, qui préconise la construction de six réacteurs de type EPR au rythme d'un tous les deux ans entre 2025 et 2035.

    Des recommandations diamétralement opposées aux convictions de Nicolas Hulot, écologiste devenu conseiller de François Hollande pour la COP 21 avant de devenir ministre sous Macron.

    Cette année encore, le ministre avait fustigé une filière nucléaire qui «nous emmène à la dérive» en juin. Deux mois auparavant, il avait également répondu lors d'une séance de questions au gouvernement:

    «Si on mène de front la création de nouveaux EPR et le développement des énergies renouvelables, je pense qu'on va échouer sur les deux.»

    En annonçant sa démission, Nicolas Hulot n'a pas non plus manqué de tacler le secteur du nucléaire en qualifiant le choix de l'énergie atomique de «folie inutile économiquement, technologiquement dans laquelle on s'entête».
    Le signe que la recommandation de construire six EPR était un boa constrictor?

    Lire aussi:

    Nicolas Hulot annonce sa décision de quitter le gouvernement
    «Le gouvernement devra répondre de son inaction» en matière d’écologie
    Brigitte Bardot tacle Nicolas Hulot, un «trouillard de première classe qui ne sert à rien»
    Tags:
    rapport, démission, CETA/AECG, François Hollande, Emmanuel Macron, Nicolas Hulot, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik