France
URL courte
1051
S'abonner

Le ministre français de la Santé a demandé aux compagnies aériennes de désinfecter les avions en provenance d'Algérie si un voyageur était pris «de vomissements ou de selles», selon les médias.

L'épidémie de choléra qui se propage en Algérie a entraîné la prise de mesures de précaution de l'autre côté de la Méditerranée. La Direction générale de la santé (DGS) a annoncé avoir rappelé aux compagnies aériennes et aux aéroports ayant des liaisons directes avec l'Algérie qu'«il était de leur responsabilité de désinfecter l'avion» si un voyageur avait été pris «de vomissements ou de selles» durant le vol.

Dans le même temps, la DGS précise que l'OMS ne recommande «ni le dépistage systématique ni la mise en quarantaine pour les voyageurs en provenance des régions touchées par le choléra».

Pour sa part, le ministère français des Affaires étrangères a diffusé un conseil aux voyageurs souhaitant se rendre en Algérie, évoquant «plusieurs cas de choléra diagnostiqués dans le nord et le centre du pays». Le Quai d'Orsay invite les Français à «porter une vigilance particulière aux règles d'hygiène et de sécurité afin de se préserver des contaminations digestives ou de contact».

Le 23 août, les autorités algériennes ont admis qu'une épidémie de choléra avait lieu sur le territoire du pays, une première depuis 1986. Le dernier bilan en date fait état de deux décès et de 60 cas confirmés sur les 172 personnes hospitalisées. Pour éviter la contamination, les patients sont à l'isolement dans deux hôpitaux à Alger et à Boufarik.

Lire aussi:

Covid-19 en Île-de-France: «On assiste à une inversion de l'épidémie»
Les USA échouent à imposer leurs vues sur l’Iran au Conseil de sécurité de l’Onu
Maroc: ce mal criminel attaque les enfants dans un silence de plomb
Rouen: sept policiers hors service agressés par une vingtaine de jeunes individus
Tags:
maladies, compagnie aérienne, épidémie, choléra, ministère français des Affaires étrangères, OMS, France, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook