France
URL courte
Affaire Benalla (194)
30334
S'abonner

Rapportés par la presse, les propos virulents d’Alexandre Benalla à l’encontre de la commission d’enquête sénatoriale, qui a repris ces travaux ce matin, ont suscité la colère des internautes qui n’ont pas tardé à s’interroger sur le droit qu’a cet homme accusé de violences d’émettre de telles critiques.

Philippe Bas qualifié de «petit marquis» et la commission d’enquête du Sénat qu’il préside de «soi-disant sages qui ne respectent pas la démocratie», «petites personnes qui n'ont aucun droit» et pour qui Alexandre Benalla n’a «aucun respect». Dans ses commentaires à France Inter, puis à BFMTV, l’ancien garde du corps de l’Élysée, qui doit être auditionné le 19 septembre au matin, s’en est pris aux sénateurs ce qui n’est pas passé inaperçu auprès des internautes.

Si certains ont décelé derrière ses propos un manque de respect à l’égard du pays dans son ensemble,

​d’autres ont été abasourdis par le fait que l’homme accusé de violences ose se permettre de tenir de tels propos. «Pour qui se prend-il», telle fut en substance leur question.

​Pendant ce temps, un certain nombre d’utilisateurs de Twitter ont avancé leur explication du prétendu courage excessif d’Alexandre Benalla, relevant que «l’ami du Président ose TOUT».

​​D’autres se sont interrogés sur le nombre de ceux qui partageaient un tel mépris:

​Plusieurs internautes ont fait remarquer que les Français, eux non plus, ne respectaient pas Alexandre Benalla.

​Ils ont jugé qu’il méritait qu’on lui retourne ses propos:

​Et d’ironiser sur les leçons données aux Français:

Dossier:
Affaire Benalla (194)

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Covid-19: «Président africain cherche clinique européenne?» Revenez une autre fois!
Tags:
réseaux sociaux, réactions, Internet, sénateur, Sénat français, Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook