Ecoutez Radio Sputnik
    Élysée

    «Promotion de la contrefaçon»: cette gaffe de l’Élysée ne passe pas inaperçue par le Net

    © Sputnik . Irina Kalashnikova
    France
    URL courte
    16330

    Les mugs estampillés «Porcelaine de Limoges» et disponibles sur la nouvelle boutique en ligne de l’Élysée sont en réalité décorés… près de Toulouse. Certains internautes ont des doutes qu’il s’agisse vraiment de «made in France».

    L'Élysée a violé la nouvelle Indication Géographique (IG) en marquant les mugs en porcelaine vendus sur sa boutique en ligne comme étant fabriqués à Limoges, informe France Info en se référant à l'association pour l'IG Porcelaine de Limoges qui s'était aperçue de cette erreur début septembre.

    Afin de recevoir ce label qui protège la production limougeaude, la porcelaine doit être entièrement fabriquée et décorée à Limoges. Mais les souvenirs de l'Élysée ont été décorés près de Toulouse, ce qui les prive du droit à cette appellation.

    «L'État attribue des labels et l'État lui-même achète des produits dont la provenance n'est pas du tout identifiée, alors que le but est aussi de protéger le consommateur! Je trouve que les collaborateurs de l'Élysée sont légers dans leur démarche», s'est indigné Alain Mouly, président de l'association pour l'IG Porcelaine de Limoges.

    Cette gaffe de la présidence française n'a pas non plus échappée à l'attention des internautes. Nombreux ont été ceux qui ont qualifié ces souvenirs de «contrefaits».

    ​​​Certains ont indiqué qu'ils n'achèteraient jamais un tel mug.

    ​Il y a également ceux qui estiment que ces mugs sont en réalité importés de Chine.

    Lire aussi:

    «Start-up Élysée»: le Net s’enflamme sur le lancement de la boutique de la présidence
    «Continuer la comédie»: la Toile réagit au nouveau rôle de Brigitte Macron
    50.000 ou 500.000 euros pour la vaisselle de l’Élysée? Le Net déclenche une vive polémique
    Tags:
    mug, souvenir, Elysée, Limoges, Toulouse, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik