France
URL courte
63798
S'abonner

La proposition du Président de la République à un chômeur à l'occasion des Journées du patrimoine hante toujours. Tandis que certains hommes politiques y trouvent un «mépris», d'autres s'interrogent sur s'il y a eu une suite à cette proposition d'aller et lui trouver un emploi.

«Je traverse la rue, je vous en trouve [du travail]» — ces mots d'Emmanuel Macron adressés à un jeune chômeur lors des festivités consacrées aux Journées du patrimoine le 15 septembre, feront, semble-t-il, parler encore longtemps. Pour les politiques français, ses propos ne sont pas non plus passés inaperçus.

Le député de La France insoumise (FI) Éric Coquerel a mis les points sur les i concernant cette «rengaine libérale» et les responsables du chômage.

Alors que plusieurs autres n'ont pas non plus apprécié l'idée du Président.

Le porte-parole des Insoumis a de son côté pointé la question qui hante tout le monde après cet échange entre M.Macron et un chômeur.

«Distance», «mépris» et «ignorance» étaient également parmi les termes utilisés par d'autres personnalités politiques.

Lors des Journées du patrimoine, dans des jardins de l'Élysée, le Président français a dialogué avec un jeune horticulteur qui essayait désespéramment de trouver un travail. Selon le jeune homme, en dépit de plusieurs CV envoyés, il était toujours au chômage. Emmanuel Macron lui a donc conseillé de postuler dans l'hostellerie ou la restauration pour trouver rapidement un poste.

Lire aussi:

«Wallah tu vas plus rigoler»: une femme violemment agressée par un individu dans le métro de Paris – vidéo
Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Un astéroïde géant fonce vers la Terre, un chercheur indique quelles peuvent en être les conséquences
La femme de Kobe Bryant a échappé à la mort grâce à cet accord passé avec son époux
Tags:
politiciens, proposition, propos, dialogue, chômage, Alexis Corbière, Eric Coquerel, Ian Brossat, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik