France
URL courte
Affaire Benalla (194)
24014
S'abonner

Attendue depuis longue date, l'audition au Sénat d'Alexandre Benalla ce mercredi semble avoir répondu aux attentes publiques, ou du moins avoir redonné vie au débat. Bien qu'il semble y avoir toujours plus de questions que de réponses...

«Je n'ai jamais été le garde du corps d'Emmanuel Macron» a-t-il dit, les armes en sa possession «n'étaient pas liées à la sécurité du Président de la République, mais à sa sécurité personnelle»… L'audition pleine de surprises s'est déroulée aujourd'hui au Sénat avant d'être diffusée sous forme de citations et de récapitulatifs de «ce qu'il faut retenir».

Philippe Bas, président de l'enquête du Sénat, et qualifié de «petit marquis» par l'ancien employé d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, obtient des excuses de sa part tandis que les spectateurs assistent à sa grande confession: sur le fait qu'il n'était «ni policier, ni garde du corps du Président de la République», que ses fonctions prévoyaient la «tâche d'organisation générale, de sécurité générale», que le badge d'accès à l'Assemblée nationale a été son «caprice personnelle» pour pouvoir se rendre à la salle de sport ou à la bibliothèque

Un tsunami de réactions n'a pas tardé à se faire sentir sur les réseaux sociaux, se focalisant sur les points les plus sensibles, de l'avis des internautes. Parmi eux, l'impression laissée par les sénateurs ayant participé à l'audition sénatoriale mais aussi les moments de gêne dans les réponses du protagoniste principal de cette matinée.

Le parcours de Benalla ne cesse d'étonner le public, certains s'interrogeant toujours à quels leviers du pouvoir il pouvait bien avoir accès.

D'autres ont décidé de prendre parti pour Benalla, certains voyant même dans le Benallagate une sorte de sensation créée à des fins précises.

Ce camp s'est cependant heurté à une avalanche de réactions indignées:

Certains observateurs ont constaté un changement d'humeur sur Twitter entre avant et après l'audition.

Durant toute l'audition, Twitter s'est vu inondé de remarques des plus ironiques, sans oublier les tout récents propos d'Emmanuel Macron, adressés à un jeune chômeur:

Dossier:
Affaire Benalla (194)

Lire aussi:

Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
À la suite d’une décision de justice, elle se retrouve contrainte de partager sa maison avec un squatteur
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Le Premier ministre arménien réagit à la résolution du Sénat français sur le Haut-Karabakh
Tags:
audition, internautes, réactions, déclaration, questions, Internet, Sénat français, Alexandre Benalla, Emmanuel Macron, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook