Ecoutez Radio Sputnik
    Marine Le Pen

    Contrainte à un examen psychiatrique, Marine Le Pen tacle le magistrat

    © AFP 2019 Charly Triballeau
    France
    URL courte
    951897

    Marine Le Pen a annoncé qu’elle bouderait la décision de justice lui ordonnant de se soumettre à une expertise psychiatrique suite à ses tweets sur Daech*. La président du Rassemblement national a d’ailleurs qualifié d’«hallucinante» cette initiative judiciaire.

    Marine Le Pen s'est insurgée jeudi contre une décision de justice lui ordonnant de se soumettre à une expertise psychiatrique dans le cadre de sa mise en examen pour la diffusion de photos d'exactions commises par Daech*.

    «C'est proprement HALLUCINANT. Ce régime commence VRAIMENT à faire peur», a écrit la présidente du Rassemblement national (ex-Front national) dans un message publié sur Twitter, assorti d'une reproduction de l'ordonnance signée par une magistrate du tribunal de grande instance de Nanterre.

    Interrogée sur le sujet à l'Assemblée nationale, Marine Le Pen a fait savoir qu'elle n'entendait pas se soumettre à l'expertise. «J'attends de voir comment le magistrat entend m'y contraindre», a-t-elle déclaré, citée par Reuters.

    Le Code de procédure pénale précise que les personnes poursuivies pour diffusion de messages violents, le chef qui vaut à la députée sa mise en examen, «doivent être soumises, avant tout jugement au fond, à une expertise médicale».

    Marine Le Pen a été mise en examen le 1er mars dans le cadre de cette enquête ouverte après la publication en décembre 2015 d'images violentes sur Twitter.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Un «nouveau» véhicule de la police française filmé de l'intérieur... son état se passe de mots (vidéo)
    L'Iran promet de ne pas se rendre même sous les bombes
    La France veut déployer un système de défense antiaérienne en Turquie en plein conflit autour des S-400
    Tags:
    justice, tweet, Daech, Marine Le Pen, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik