Ecoutez Radio Sputnik
    Marine Le Pen

    Contrainte à un examen psychiatrique, Marine Le Pen tacle le magistrat

    © AFP 2018 Charly Triballeau
    France
    URL courte
    971897

    Marine Le Pen a annoncé qu’elle bouderait la décision de justice lui ordonnant de se soumettre à une expertise psychiatrique suite à ses tweets sur Daech*. La président du Rassemblement national a d’ailleurs qualifié d’«hallucinante» cette initiative judiciaire.

    Marine Le Pen s'est insurgée jeudi contre une décision de justice lui ordonnant de se soumettre à une expertise psychiatrique dans le cadre de sa mise en examen pour la diffusion de photos d'exactions commises par Daech*.

    «C'est proprement HALLUCINANT. Ce régime commence VRAIMENT à faire peur», a écrit la présidente du Rassemblement national (ex-Front national) dans un message publié sur Twitter, assorti d'une reproduction de l'ordonnance signée par une magistrate du tribunal de grande instance de Nanterre.

    Interrogée sur le sujet à l'Assemblée nationale, Marine Le Pen a fait savoir qu'elle n'entendait pas se soumettre à l'expertise. «J'attends de voir comment le magistrat entend m'y contraindre», a-t-elle déclaré, citée par Reuters.

    Le Code de procédure pénale précise que les personnes poursuivies pour diffusion de messages violents, le chef qui vaut à la députée sa mise en examen, «doivent être soumises, avant tout jugement au fond, à une expertise médicale».

    Marine Le Pen a été mise en examen le 1er mars dans le cadre de cette enquête ouverte après la publication en décembre 2015 d'images violentes sur Twitter.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    «Prochaine étape le goulag?»: la Toile raille l’examen psychiatrique ordonné à Mme Le Pen
    Marine Le Pen mise en examen pour des images de Daech sur Twitter, les twittos réagissent
    «Mieux vaut être un djihadiste»: Marine Le Pen réagit à la levée de son immunité
    Tags:
    justice, tweet, Daech, Marine Le Pen, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik