France
URL courte
8422
S'abonner

Non, il ne s’agit pas d’une erreur typographique. De nombreux produits marqués «Enlysée» sont désormais disponibles sur la «boutique officielle du ruissellement».

Inspiré par la présidence française, un groupe de jeunes Français a lancé sa propre boutique en ligne. Ils proposent une trentaine de produits à des prix beaucoup moins élevés que les souvenirs vendus par l'Élysée.

Leur gamme de produits inclut, par exemple, un tee-shirt Champion du monde à l'effigie d'Alexandre Benalla, des vêtements ornés du fameux «Gaulois réfractaires» ou encore un mug «Travaille pour te payer un costard!». Les prix oscillent entre 10 et 30 euros.

À l'inverse de la présidence française qui utilisera les fonds récoltés afin de restaurer le Palais et entretenir les résidences présidentielles, les initiateurs d'«Enlysée» ont l'intention de reverser leurs bénéfices aux associations qui viennent en aide aux migrants sur la Côte d'Opale.

«Nous souhaitons participer à restaurer la dignité nationale plutôt que d'offrir un ravalement de façade à un vieux palais», peut-on lire sur le site d'Enlysée.

De nombreux internautes ont soutenu cette initiative.

Depuis le 15 septembre, la présidence française vend en ligne des souvenirs sous la marque «Élysée» créée il y a plusieurs mois. Elle commercialise également des expressions emblématiques du Président français dont «Croquignolesque» et «Poudre de perlimpinpin». La Toile a critiqué cette idée, en jugeant qu'il était inapproprié de transformer la présidence à un fond de commerce. 

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Covid-19: «Président africain cherche clinique européenne?» Revenez une autre fois!
Tags:
magasin, humour, t-shirt, Alexandre Benalla, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook