France
URL courte
730
S'abonner

Le romancier et prix Goncourt 2010, Michel Houellebecq, s’est secrètement marié avec sa compagne Lysis, a-t-on appris grâce au message, partagé sur les réseaux sociaux samedi 22 septembre, par l’ancienne première dame de France Carla Bruni, qui aurait été présente au mariage.

Michel Houellebecq, auteur des «Particules élémentaires» et de «Soumission», prix Goncourt 2010, s'est marié samedi 22 septembre, a annoncé sur son compte Instagram Carla Bruni, qui aurait assisté à la cérémonie.

«Mille vœux de bonheur à Lysis et à Michel Houellebecq pour leur merveilleux mariage et merci de nous avoir laissé partager votre bonheur», a-t-elle écrit en accompagnant sa publication d'une photo du couple en noir et blanc.

Les internautes n'ont pas tardé à commenter cet événement.

​Néanmoins, malgré la solennité du moment, certains n'ont pas raté l'occasion pour d'en prendre à la coiffure de l'écrivain.

​D'autres n'y ont pas cru.

​Finalement, il y a également eu ceux qui ont voulu tourner cette nouvelle en dérision.

​«Oubliez le Brexit: Michel Houellebecq s'est marié aujourd'hui, oui, avec un chapeau melon, avec Lysis. Carla Bruni-Sarkozy était présente», a ainsi écrit un internaute.

Très discret sur sa vie privée, Michel Houellebecq avait déjà été marié deux fois, selon le livre «Houellebecq, son chien, ses femmes» écrit par Pierre de Bonneville.

Sorti le 7 janvier 2015, jour du massacre à Charlie Hebdo, le roman «Soumission», qui évoque l'arrivée au pouvoir d'un président musulman en France en 2022, avait fait polémique.

Lire aussi:

Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
La police militaire russe arrête un convoi de blindés US dans le nord-est de la Syrie
En continu: L'armée israélienne nie être entrée dans Gaza après avoir annoncé le contraire
Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
Tags:
internautes, message, mariage, Michel Houellebecq, Carla Bruni, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook