Ecoutez Radio Sputnik
    Marche pour Vanesa Campos, prostituée tuée au bois de Boulogne

    Marche pour Vanesa Campos: des prostituées dénoncent une loi «intolérable»

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Mike Beuve
    6124

    La mort d’une prostituée tuée au bois de Boulogne rappelle les effets dévastateurs de la loi de 2016. Selon les travailleuses du sexe présentes lors de la marche en hommage à Vanesa Campos, cette loi a causé la raréfaction de la clientèle, une baisse des prix, l’acceptation de rapports non protégés et indirectement la mort de Vanesa.

    «Justice pour Vanesa», c'est un des slogans que l'on entendait retentir ce samedi 22 septembre, sur la place de la République, à Paris. Cette marche organisée en hommage à Vanesa Campos, prostituée transsexuelle tuée le 16 août 2018 au bois de Boulogne, était également l'occasion de dénoncer la loi du 13 avril 2016 qui vise à «renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées». Un texte de loi qui change la philosophie de la prostitution. Exit le délit de racolage, la loi responsabilise désormais «les clients qui par leur action permettent la pérennité du système prostitutionnel». En clair, les prostituées ont le droit de proposer leurs services mais si le client accepte, il est susceptible de se voir infliger une amende (1.500 euros, jusqu'à 3.750 euros en cas de récidive).

    Un peu plus de deux ans après la promulgation du texte, de nombreux témoignages se font l'écho d'une dégradation des conditions des travailleurs du sexe. Pour Samanta, prostituée, la mort de Vanesa Campos résulte de la mise en place de cette loi.

    «Par cette loi injuste et totalement intolérable, nous avons été obligés de nous écarter des endroits éclairés pour pouvoir pratiquer notre profession […]. Avant celle-ci, on travaillait le cœur relax (sic) maintenant on y va la peur au ventre, on ne sait pas si on va rentrer vivant le lendemain matin.»

    En effet, certaines prostituées expliquent assister à une raréfaction de la clientèle qui les pousse à réaliser des passes sans protection et prendre des clients qu'elles n'auraient jamais accepté auparavant. En outre, ce texte de loi impacte le tarif des prestations… à la baisse. Selon le témoignage de Nathalie, présidente de l'association du Bus des femmes, les rares clients négocieraient désormais âprement le prix de la passe aux vues des risques encourus.

    «Il n'y a que les mauvais clients, il n'y a pas le temps de négocier avec le client, il faut vite se sauver parce qu'il y a la police. Donc négocier c'est savoir clairement ce que l'on fait: les pratiques, les tarifs et le port du préservatif. Et tout cela est mis à mal par la répression des clients.»

    La présidente du Bus des femmes regrette également que «cette loi a été pensée, votée par des abolitionnistes totalement dogmatiques qui estiment que la prostituée est une victime, ce qui n'est pas vrai. Il y a des victimes mais elles ne le sont pas toutes».

    «Des gens qui ne comprennent rien à la population s'appuient sur le Mouvement du nid, pour le nommer, qui a fait une campagne anti-prostitution […] et que cette loi soit votée à partir de ce groupe de féministes radicales, abolitionnistes, c'est insupportable», Nathalie, présidente du Bus des femmes.

    Néanmoins, si les clients se font plus rares n'est-ce pas là un signe que la loi a réussi un de ses objectifs? À savoir, essayer de mettre un coup aux portefeuilles des réseaux de prostitution?

    Une chose est sûre, la prostitution reste une activité très lucrative, en 2015 le cabinet d'études Prostcost, pour le Mouvement du nid, a évalué à 3,2 milliards d'euros le chiffre d'affaires de la prostitution et coûterait 1,2 milliard d'euros à la France. Le ministère de l'Intérieur estime de un à deux milliards d'euros le montant des «recettes» à destination des mafias. La police judiciaire quant à elle parle d'un revenu annuel moyen à 78.000 euros par prostituée. L'autre objectif déclaré par l'exécutif est d'endiguer le phénomène qui touche majoritairement des étrangères. En effet, toujours selon Prostcost, sur les 37.000 prostitués recensées en 2015, 80% seraient d'origine étrangère (Europe de l'Est, Afrique, Chine et Amérique latine) et 20% seulement de «traditionnelles» (majoritairement Françaises). Par ailleurs, 62% exercent sur internet, 30% dans la rue et si les maisons closes ont baissé le rideau, 8% travaillent dans des bars à hôtesses ou des salons de massage.

    En outre, si le volet répressif de la loi a bien été appliqué. Entre avril 2016 et mars 2018, 2.354 clients ont été verbalisés, selon des chiffres transmis à l'AFP, le volet social semble, quant à lui, loin d'avoir démontré toute son efficacité. Et pour cause, à ce jour, malgré la mise en place de «parcours de sortie de la prostitution» par l'État (qui prévoit notamment une aide à l'insertion professionnelle, une aide financière de 330 euros mensuels, et une autorisation provisoire de séjour minimal de six mois), seules 40 personnes ont arrêté la prostitution comme l'indique l'enquête réalisée auprès de plus 600 prostituées par des associations et des ONG dont Médecins du monde en avril dernier.

    Lire aussi:

    Légaliser la prostitution et le cannabis au profit des retraités, propose l’Ukraine
    En Allemagne, des réfugiés hommes forcés de se prostituer pour survivre
    Le lycée français de Berlin érige un mur pour faire face à l’invasion de prostituées
    Tags:
    prostitution, décès, Bois de Boulogne, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik