Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron, Brigitte Macron et Gérard Collomb

    De la prosternation vers l’isolement: les révélations de Collomb sur Macron

    © AFP 2018 Pool/Geoffroy van der Hasselt
    France
    URL courte
    12331

    Alors que Gérard Collomb s’apprête à quitter le ministère de l’Intérieur, le futur-ex-locataire de Beauvau aurait révélé ce qu’il pense d’Emmanuel Macron et plus précisément de ses rapports avec ses proches, des réformes «pas bien» traitées ainsi que d’Alexandre Benalla, se prenant «pour un seigneur», lit-on dans La Dépêche du midi.

    Lors d'un déjeuner avec des journalistes début septembre, Gérard Collomb leur aurait raconté son attitude envers Emmanuel Macron et aurait évoqué ce qui se passe derrière les murs épais de l'Élysée, relate La Dépêche du midi en citant le ministre de l'Intérieur.

    «Nous ne sommes pas nombreux à pouvoir encore lui parler. Ceux qui parlent franchement à Macron sont ceux qui étaient là dès le début: Ferrand, Castaner, Griveaux et moi… D'ailleurs, il va finir par ne plus me supporter. Mais si tout le monde se prosterne devant lui, il finira par s'isoler, car par nature l'Élysée isole», aurait dit M. Collomb.

    En outre, le futur-ex-locataire de Beauvau se serait exprimé sur la controversée affaire Benalla, en reprochant «à Emmanuel Macron de ne "pas être monté au créneau plus tôt"».

    «Le divorce semble donc bien consommé entre ces deux-là», commente entre temps le média.

    «Ce type se prend pour un seigneur, c'est ça le problème de fond», aurait lancé M. Collomb au sujet d'Alexandre Benalla.

    Finalement, Gérard Collomb s'est rappelé de quelques réformes dont il n'avait pas été entièrement satisfait soulignant que l'« on n'a pas bien traité un certain nombre de problèmes comme l'accueil des mineurs isolés, les 80 km/heure».

    Auparavant, le ministre français de l'Intérieur a déclaré dans un entretien à L'Express qu'il présenterait sa candidature aux municipales de 2020 à Lyon, une ville dont il a déjà été maire de 2001 à 2017. Une décision qui obligera le responsable à quitter ses fonctions place Beauvau après les européennes de mai 2019.

    Lire aussi:

    «Otage de Beauvau»: le rejet de la démission de Collomb met le Web en ébullition
    «Hécatombe au sein du gouvernement Macron»: le Net commente le départ de Collomb
    #CollombDemission #MacronDestitution: la Toile réagit par des hashtags à l'affaire Benalla
    Tags:
    réformes, Alexandre Benalla, Emmanuel Macron, Gérard Collomb, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik