Ecoutez Radio Sputnik
    salle de classe

    «La zemmourisation de la France est en marche»: un lycée au cœur d’une polémique raciste

    © AFP 2018 Joel Saget
    France
    URL courte
    724117

    Une enseignante d’un lycée de la Somme a adressé une lettre à l’écrivain Akli Tadjer dans laquelle elle lui a confié que certains de ses élèves refusaient catégoriquement d’étudier l’une de ses œuvres abordant la guerre d’Algérie, puisque l’auteur «n’était pas français».

    L'auteur Akli Tadjer a reçu un e-mail d'une enseignante d'un lycée de la Somme, désireuse d'organiser une rencontre entre lui et ses élèves le 16 novembre prochain, en vue de dissiper un malentendu survenu lors de la lecture d'extraits de son œuvre «Le porteur de cartable» au cours de ses leçons.

    D'après l'enseignante, dont le courriel a été publié sur Facebook par M. Tadjer, certains de ses élèves ont refusé d'étudier un livre abordant la guerre d'Algérie, au motif que «son auteur n'était pas français» ou encore que «l'histoire ne concernait pas la France».

    «Je voulais vous prévenir […] qu'il y a eu une levée de boucliers de certains élèves, car l'auteur n'est pas français (j'aimerais qu'ils écrivent le Français comme vous), l'histoire ne concerne pas la France (ils ne savaient pas que l'Algérie avait été française) et il y a du vocabulaire en arabe… Un élève a refusé de lire pour ne pas prononcer le nom "Messaoud". J'ai dû l'exclure. Autrement dit, des réflexions vraiment racistes.»

    L'écrivain a ajouté en description sur le réseau social: «Intervention prévue dans une classe de première dans un lycée de Picardie. Merci [Eric] Zemmour. Pauvres profs de l'Education nationale.» Toujours est-il que d'après France Info, il n'envisage pas de renoncer à la rencontre prévue.

    «Ça me donne encore plus envie de les rencontrer. Dans leur ville, il y a un mémorial dédié aux soldats de la guerre 14/18 et ils ne savent même pas que des soldats venus du Maghreb et d'ailleurs sont morts pendant cette guerre. Rien que pour ça, c'est une leçon à leur donner», a-t-il confié aux journalistes.

    L'émail a vite été repris par les réseaux sociaux, les internautes n'hésitant pas à s'adonner à de nouveaux débats acharnés. Alors que certains ont soutenu la volonté des élèves picards à défendre «leur identité française», d'autres ont critiqué leurs propos purement «racistes».

    La polémique autour des noms à consonance étrangère a fait la Une des médias français suite à l'échange qui a eu lieu le 16 septembre entre Éric Zemmour et la chroniqueuse Hapsatou Sy sur le plateau des Terriens du dimanche. Déplorant l'abrogation en 1993 d'une loi de Bonaparte qui exigeait des parents de donner à leurs enfants des prénoms du calendrier chrétien, M. Zemmour a jugé que la mère de Hapsatou Sy avait «eu tort» de la nommer ainsi car ce prénom d'origine africaine était, selon le polémiste, «une insulte à la France». «La France n'est pas une terre vierge, c'est une terre avec une Histoire, avec un passé. Et les prénoms incarnent l'Histoire de la France», a ajouté M. Zemmour. Ces propos, coupés au montage, ont quand même été diffusés par Mme Sy sur son Instagram, provoquant ainsi une vague de polémique dans les réseaux sociaux.

    L'œuvre en question, «Le porteur de cartable», raconte la vie parisienne d'Omar, 10 ans, enrôlé au sein du Front de libération national, parti politique algérien créé en 1954 militant pour l'indépendance de l'Algérie.

    Lire aussi:

    «Un État de dictature de la pensée unique»? Le Net divisé par la polémique Zemmour-Sy
    Le dénouement de l’affaire Zemmour enfin proche?
    Best of 2017: Éric Zemmour contre Jacques Sapir, le choc de deux esprits libres
    Tags:
    lycée, racisme, guerre d'Algérie (1954-1962), Somme, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik