Ecoutez Radio Sputnik
    Charles Aznavour

    Voici ce qui a emporté la vie de Charles Aznavour

    © Sputnik . Vladimir Astapkovitch
    France
    URL courte
    10102

    Charles Aznavour serait décédé à cause d’un problème cardio-pulmonaire, selon les premiers résultats de l’autopsie décidée par le procureur de la république de Tarascon qui a été pratiquée ce mardi à l’Institut médico-légal du CHU de Nîmes.

    Le «monstre sacré» de la chanson française, Charles Aznavour, mort à l'âge de 94 ans à son domicile dans les Alpilles dans le sud de la France, se serait éteint à cause d'un problème cardio-pulmonaire, selon les premiers résultats de l'autopsie réalisée à l'Institut médico-légal de Nîmes, a communiqué Objectif Gard.

    Il s'agit donc d'une mort naturelle. Comme l'indique Le Dauphiné, se référant à un proche de l'artiste, «c'est son jardinier qui l'a retrouvé décédé, chez lui, dans sa baignoire».

    Charles Aznavour sera inhumé à Montfort-l'Amaury dans les Yvelines, en région parisienne, où se trouve le caveau familial.

    Véritable ambassadeur de la culture française, le chanteur français le plus connu à l'étranger revenait d'une tournée au Japon, après avoir été contraint d'annuler des concerts cet été en raison d'une fracture du bras après une chute.

    Ces dernières semaines, l'infatigable Charles Aznavour, né Shahnourh Varinag Aznavourian le 22 mai 1924 à Paris de parents arméniens, avait dû annuler quelques concerts. D'abord en avril à Saint-Pétersbourg, victime d'un tour de reins. Puis en mai, en raison d'une fracture de l'humérus gauche, après une chute. Une accumulation de pépins physiques qui le ramenaient subitement à sa condition de mortel.

    Lire aussi:

    «On a perdu la France qu’on connaissait»: le vibrant hommage des Russes à Charles Aznavour
    Charles Aznavour reçoit enfin son étoile à Hollywood
    Mal en point, Charles Aznavour annule un concert en Russie et rentre en France
    Tags:
    maladie, causes, décès, Charles Aznavour, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik