Ecoutez Radio Sputnik
    Bébé

    «Scandale sanitaire»? L’énigme des nourrissons sans bras en France

    CC0 / kelin
    France
    URL courte
    9319

    Le problème des naissances de bébés sans bras ou sans mains en Bretagne et en Loire-Atlantique a enfin été reconnu par l'agence Santé publique France. L'épidémiologiste Emmanuelle Amar, qui avait prévenu il y a déjà longtemps de la multiplication de ces malformations, aide à déchiffrer l'affaire.

    L'Agence Santé publique France a reconnu ce jeudi pour la première fois les cas inquiétants de naissances d'enfants sans bras, mains ou avant-bras en Bretagne et en Loire-Atlantique. Ces deux régions présentent un nombre élevé de ces malformations, «agénésie transverse des membres supérieurs», qui ne sont apparemment pas, selon l'agence, «dues au hasard».

    Or, bien qu'on ait «maintenu une surveillance étroite des naissances dans ces secteurs», comme l'a indiqué François Bourdillon, directeur général de l'agence, l'enquête s'est achevée sans qu'on ait réussi à en déterminer la cause commune.

    Emmanuelle Amar, épidémiologiste et directrice du Remera, organe chargé de recenser les malformations en Rhône-Alpes, qui est à l'origine de la première enquête sur cette réalité, estime que le problème sanitaire est en passe de prendre une ampleur retentissante et revient sur les premiers cas.

    «Tout a commencé en 2010 lorsqu'un médecin a signalé deux cas de bébés sans bras à la cellule interrégionale d'épidémiologie dans un même village situé dans l'Ain. Elle nous a alors demandé de l'aide, puisque notre travail est de recenser les malformations. On a décidé d'enquêter», a-t-elle indiqué, citée par Le Parisien.

    Le nombre de cas a vite doublé, mais le rapport envoyé à Santé publique France n'a pas suscité de réaction.

    «Le temps est passé, la surveillance a continué. En 2012, on a découvert une 5e cas, en 2014, un 6e et un 7e. Le taux de malformation était 58 fois supérieur à la normale dans l'Ain. Cette situation est inédite en France d'autant qu'elle touche, au total, trois départements».

    Quatre autres cas de malformations ont été constatés en Bretagne et trois en Loire-Atlantique. L'hypothèse principale est celle de causes environnementales, mais elle n'a pas encore été confirmée.

    «Nous avons interrogé les mères sur leur histoire, leurs habitudes de vie, leur métier, leurs consommations pendant la grossesse», a ajouté Emmanuelle Amar dans une interview accordée au Figaro. «Les expositions des pères ont aussi été passées au crible. Le fait que les familles vivent en milieu rural est le seul point commun qui s'est dégagé.»

    Pour les mères, l'accouchement a été un choc et aboutissait à une culpabilisation énorme. «Elles disaient, "pourtant je n'ai pas bu d'alcool"… Les parents n'ont pas compris ce qu'il leur arrivait. Toutes cherchent des réponses. Quand on leur dit que c'est la faute à pas de chance mais que leur voisine a aussi un enfant sans bras, ça fait beaucoup de fautes à pas de chance», a-t-elle déclaré encore au Parisien.

    «Cette affaire est en train de devenir un scandale de sanitaire, la négation poussée à l'extrême de Santé Publique France nous interroge», a mis en valeur Mme Amar, commentant les affirmations de Santé publique France sur le non excès de cas dans l'Ain.

    «Ils se trompent! Ils partent du principe que le taux n'est pas anormal, car il y a eu sept cas de 2000 à 2014. Or, ce nombre a été recensé sur une période bien plus courte, entre 2009 et 2014. Comment pouvons-nous dire qu'il n'y en a pas eu de cas avant? C'est impossible de le savoir, il n'existait pas de surveillance des malformations avant 2009 dans l'Ain!»

    Les malformations en question touchent annuellement en France 150 nourrissons, précise Le Figaro. L'agénésie transverse des membres supérieurs se produit lors du développement de l'embryon (sur la période comprise entre le 24e et le 56e jour après la conception). Parmi les causes possibles, on trouve des origines génétique, médicamenteuse (telle que la prise de thalidomide par la mère), mécanique in utero ou des susceptibilités individuelles.

    Malgré l'intention d'Emmanuelle Amar de creuser encore «une fois les causes connues éliminées», de «mettre les mères autour d'une table et en lançant une étude bibliographique sur tous les produits susceptibles d'être responsables», l'enquête s'est arrêtée là.

    L'agence Santé publique France a promis d'élaborer des outils complémentaires pour remédier aux lacunes du système de surveillance des naissances en France.

    Lire aussi:

    Après avoir lancé l’alerte sur les bébés nés sans bras en France, elle est licenciée
    Les bébés nés sans bras en France feront l’objet d’une nouvelle enquête
    Bébés sans bras: la lanceuse d’alerte de l’Ain «salue» la nouvelle enquête
    Tags:
    mystère, anomalies, natalité, enfants, Ain, Loire-Atlantique, Bretagne, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik