Ecoutez Radio Sputnik
    A French plainclothes policeman shows off his insignia as he protests against anti-police violence during a march at Place de la Republique in Paris, France, October 26, 2016.

    Une étudiante reconnaît son violeur dans sa rame du tramway de Clermont-Ferrand

    © REUTERS / Charles Platiau
    France
    URL courte
    3320

    En prenant le tramway le soir à Clermont-Ferrand, une étudiante de 22 ans ne s’attendait pas à se retrouver dans la même rame que celui qui l’avait violée en septembre dernier. Elle a aussitôt reconnu le criminel, son identité ayant été ensuite confirmée par les tests ADN.

    Alors qu'elle rentrait d'une soirée entre amis, une jeune étudiante de 22 ans avait été agressée, à proximité de la place de Delille à Clermont-Ferrand le 22 septembre vers 3 heures du matin. L'individu avait frappé et violé la jeune femme tout en gardant sa main sur sa bouche pour l'empêcher d'appeler au secours, ont relaté les médias locaux.

    L'affaire ressort quelques semaines plus tard, le 15 octobre. En rentrant chez elle en tramway, l'étudiante est tombée sur son agresseur qu'elle avait aussitôt reconnu, indiquent les médias français.

    Elle a prévenu la police et les employés de la brigade anticriminelle ont arrêté le suspect qui avait été placé en garde à vue tandis que son domicile avait été perquisitionné.

    Ayant prélevé son ADN, les policiers ont l'comparée avec celle de l'agresseur. Le résultat positif a confirmé les affirmations de la victime.

    Les enquêteurs ont précisé que l'agresseur était arrivé il y a environ trois mois à Clermont-Ferrand. Actuellement, la police est en train de vérifier s'il n'avait pas commis d'autres crimes ou délits ailleurs sur le territoire.

    Lire aussi:

    Quand une agression sexuelle tourne mal pour l’agresseur dans les Hauts-de-Seine
    «Honte au Coran»: 3 jeunes femmes agressées à Béziers pour leurs tenues vestimentaires
    «Avec un couteau plein de sang»: l’attaque à Paris racontée par un témoin direct (vidéo)
    Tags:
    police, victimes, agression, viol, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik