Ecoutez Radio Sputnik
    Un pistolet airsoft

    Vidéo choc d’une professeur braquée par un élève: Macron appelle à l’action

    CC0 / Pixabay/Alexas_Fotos
    France
    URL courte
    26110

    Après la publication d’une vidéo choc d'une enseignante d’un lycée francilien braquée par un adolescent avec une arme factice, qui voulait être noté «présent», le Président Macron a exhorté le gouvernement à prendre des mesures. Un comité stratégique doit dresser un plan d’actions, selon deux ministres.

    Réaction à la publication d’une vidéo choc où un élève du lycée Édouard Branly de Créteil braque une arme factice sur un de ses professeurs, le gouvernement français mettra en place un «plan d’actions ambitieux», ont annoncé dimanche les ministres français de l’Intérieur et de l’Education nationale, Christophe Castaner et Jean-Michel Blanquer dans un communiqué.

    «MM.Blanquer et Castaner réuniront, dès la semaine prochaine, un comité stratégique, constitué de tous les acteurs œuvrant d'ores et déjà au quotidien pour un apprentissage serein, afin d'arrêter un plan d'actions ambitieux, visant à mettre un terme à de tels comportements», lit-on dans ce document.

    Le Président Emmanuel Macron avait précédemment appelé le gouvernement sur Twitter à prendre des mesures pour assurer que de tels actes «soient proscrits» des écoles françaises.

    ​Dans la vidéo qui a provoqué ce scandale, on voit un lycéen pointer une arme sur son enseignante pendant une leçon pour qu’elle le note présent, alors qu’un de ses condisciples s’amuse à faire des doigts d’honneur. 

    La vidéo devenue virale a provoqué la réaction indignée de nombreux Français au cours du week-end et a poussé à s’exprimer des responsables politiques et plusieurs parlementaires dont la présidente de la Région Ile-de-France Valérie Pécresse,…

    ​… et le président du jeune parti Les Patriotes Florian Philippot.

    ​La dirigeante du parti Rassemblement national (ex-Front national) Marine Le Pen s'est pour sa part demandée: «Qui cela étonne-t-il encore?».

    Nicolas Dupont-Aignan, fondateur de Debout la France (DLF) et député de l'Essonne, a dénoncé le fait que des professeurs peuvent être «totalement livrés à eux-mêmes».

    ​Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a aussi condamné les «actes de menace envers un professeur», avant d’annoncer des mesures «les plus rigoureuses».

    ​Christophe Castaner, qui occupe le poste de ministre de l’Intérieur depuis le 16 octobre, a déclaré sur Twitter l’ouverture d’une enquête et l’interpellation vendredi de deux personnes. 

    ​Des médias ont ensuite précisé que l’adolescent qui avait été filmé dans la vidéo avait été mis en examen dimanche soir.

    Lire aussi:

    La police dans les écoles françaises: être ou ne pas être, question brûlante pour le Net
    Allocution de Macron après le remaniement: «mea culpa ou coup de com’»?
    Plus de droit de «se plaindre»? Une réplique de Macron enflamme la Toile
    Tags:
    enquête, plan d'action, mesures de sécurité, vidéo, Valérie Pécresse, Nicolas Dupont-Aignan, Florian Philippot, Jean-Pierre Blanquer, Christophe Castaner, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Créteil, Ile-de-France, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik