Ecoutez Radio Sputnik
    Les Champs-Élysées

    Commémorations de l’armistice de 1918, une polémique inutile?

    © Sputnik . Guilhem Baker
    France
    URL courte
    Maxime Perrotin
    23314

    L’Élysée a-t-il fait un faux-pas en annonçant ne pas souhaiter des commémorations «trop militaires» pour le centenaire de l’armistice de 1918? Si la polémique retombe quelque peu, celle-ci n’est-elle pas un énième reflet de la politisation de l’Histoire, de la relation ambigüe que les gouvernants français entretiennent avec l’histoire de leur pays?

    Les commémorations du centenaire de la Première guerre mondiale touchent à leur fin, avec le 100ème anniversaire de l'armistice, le 11 novembre prochain. Une date qui fait débat depuis que l'Élysée a annoncé la souhaiter sans «expression trop militaires», préférant mettre l'accent sur la paix retrouvée entre nations européennes et la fin d'un carnage qui, en 1.567 jours, a décimé 18,6 millions d'hommes.

    Résultat, «pas de défilé ou de parade militaire», qui plus est avec Angela Merkel comme invitée phare d'une cérémonie qui rassemblera dans la capitale 60 chefs d'État. Emmanuel Macron, quant à lui, n'assistera pas à la cérémonie en hommage aux militaires français aux Invalides. Un hommage qui sera rendu avant tout rendu aux Poilus morts pour la France.

    Des combattants, présentés par la rue Faubourg Saint-Honoré, comme ayant été «pour l'essentiel des civils que l'on avait armés.» Une formulation du conseiller mémoire de l'Élysée qui n'est pas passée inaperçue. «Une réflexion totalement anachronique,» estime l'historienne Bénédicte Chéron, rappelant que c'est ainsi que fonctionnait l'armée à l'époque. «Une faute envers nos aïeux,» juge pour sa part l'ancien colonel et analyste des conflits Michel Goya, rappelant que ces citoyens faisaient «leur devoir».

    Il faut dire que la France a payé cher cette victoire sur l'Allemagne, avec 1.397.800 soldats et 300.000 civils tués, sans oublier les 4.266.000 blessés et mutilés, soient les plus lourdes pertes des forces de l'Entente, derrière la Russie. Certains iront jusqu'à évoquer dans leurs éditos un «déni d'altérité», un «blasphème mémoriel énorme».

    «Dire que leur combat n'avait pas de sens, ce qui est le cas lorsqu'on refuse d'évoquer la victoire, équivaut à traiter ces hommes d'idiots. Ils méritent mieux que cela»,

    souligne sur son blog Michel Goya. D'autres, au contraire, comme l'historien Nicolas Offenstadt, pointent du doigt l'«ultra-patriotisme» que représenterait alors une parade militaire. Au micro de RTL ce spécialiste de la Première guerre mondiale, estime que depuis 2014 «on n'a pas cessé de commémorer les soldats et l'armée française». Si «les soldats sont, évidemment, au cœur de la commémoration», selon lui «il ne faut pas oublier que les combattants sont revenus pacifistes de la guerre et même antimilitaristes.»

    Au milieu de tout cela, l'Élysée dénonce une «caricature», soulignant «l'itinérance mémorielle» d'Emmanuel Macron qui, durant une semaine, se rendra le long de l'ancienne ligne de front et que —même si le Président n'y sera pas- on rendra hommage aux Maréchaux aux Invalides.

    En somme, faut-il commémorer la victoire ou la paix? En ces mots fut synthétisé le débat.

    Pour l'historien Alexandre Jevakhoff, qui ne souhaite pas rentrer dans la polémique, il est important de «tirer les conséquences, cent ans après» d'une telle tragédie, mettant en garde contre toute tentation de «simplification» d'une situation qui ne l'était pas.

    «Les évènements de 1918, il faut les appréhender dans leur complexité et c'est de ce point de vue là une célébration qui doit ne pas se concentrer sur un seul sujet, mais bien avoir en perspective la tragédie, mais aussi la victoire et surtout ne pas faire d'anachronisme politique ou historique.»

    «Tirer les leçons», c'est à vrai dire «pour cela que nous commémorerons ce qui a été l'épreuve la plus terrible que notre pays a traversé dans son histoire», expliquait le Général Irastorza, président de la Mission du Centenaire à L'Opinion.

    Notre intervenant met également en avant le parcours prévu du Président de la République sur les champs de bataille du conflit, ainsi que le travail «considérable» accompli ces dernières années sur le terrain par la mission du centenaire. «Obligatoirement, cent ans après, en présence de très nombreux chefs d'État, les messages sont différents de ceux que l'on souhaitait faire passer en 1918», tempère l'historien à propos du choix d'Emmanuel Macron de ne pas «froisser» son invitée allemande. Auteur de La guerre civile russe: 1917-1922 (Éd. Perrin, 2017), Alexandre Jevakhoff se laisse aller à un parallèle.

    «Lorsqu'en 1912, la Russie célébrait le centenaire de la guerre qui l'a opposée à la France, lorsque l'Empereur Nicolas II a invité une délégation française […] il célébrait autant la paix et l'alliance franco-russe que les évènements militaires de 1812.»

    Qu'en est-il cependant des combattants, ces «civils que l'on avait armés»? Au-delà du fait que les historiens se soient mutuellement accusés de voir l'Histoire «de biais», de vouloir la «réécrire», l'histoire serait-elle l'otage du politique? Les convenances et le politiquement correct l'emporteraient-elles aujourd'hui sur les faits historiques?

    «Cela a toujours été comme cela. Il faut simplement que chacun reste dans son camp» répond Alexandre Jevakhoff. «Le politique fait de la politique, l'historien fait de l'histoire et il ne faut absolument pas mélanger les genres», ajoute-t-il évoquant une précédente interview à ce sujet.

    «J'ai été frappé par le fait qu'aujourd'hui, l'Histoire était l'un des domaines où les idéologies et les clivages idéologiques étaient les plus marqués. Des clivages qui n'étaient pas des clivages droite-gauche, mais des clivages qui obéissaient à des matrices plus complexes.»

    Une politisation de l'Histoire qui s'était notamment ressentie lors du bicentenaire des campagnes napoléoniennes, tout particulièrement en 2005. Cette année-là, le Président Jacques Chirac et son gouvernement boycottent le 200e anniversaire de la victoire de Napoléon à Austerlitz, sur fond de polémique autour du rétablissement de l'esclavage par l'Empereur. Six mois auparavant, Paris envoyait son porte-avions, le Charles de Gaulle, à Portsmouth pour participer à une revue navale célébrant la victoire britannique sur la flotte franco-espagnole à Trafalgar.

    Un paradoxe mémoriel ubuesque, qui porte à croire que la France n'aimerait pas célébrer ses victoires, ou plutôt que ses dirigeants ont un rapport pour le moins ambigu avec l'Histoire de leur pays. Un avis que ne partage pas notre intervenant:

    «Non, la France aime célébrer ses victoires et pas seulement sur les terrains de foot, rassurez-vous. […] la France a eu des victoires, elle a eu des défaites, il faut savoir regarder les uns comme les autres, les yeux grands ouverts, et ne pas avoir de honte à célébrer les uns ou les autres.»

    Pourtant, s'il en est certains qu'Emmanuel Macron ne célébrera pas le 11 novembre, ce sont les huit maréchaux de la Première guerre mondiale. L'hommage aux Maréchaux, un point sur lequel on aurait également frôlé la polémique. Parmi ces artisans de la victoire française figure en effet Philippe Pétain, héros de la Grande Guerre, mais figure honnie de la Seconde. Contrairement à ce qui fut initialement suggéré par le ministère des Armées, Emmanuel Macron ne sera pas présent à la cérémonie. Contacté par Médiapart, l'Élysée aurait d'ailleurs déclarée «ne pas comprendre comment une telle cérémonie "s'est retrouvée là"», pour reprendre nos confrères.

    Le potentiel de polémiques autour de ces commémorations n'est cependant pas épuisé. Il reste notamment à savoir quelle place Emmanuel Macron pourrait réserver aux mutins dans l'un de ses discours, eux que justement Philippe Pétain avait tenu à réprimer avec parcimonie, lui qui s'était élevé contre la doctrine de l'attaque à outrance qui coûta la vie à tant de conscrits, auxquels le Président veut aujourd'hui tout particulièrement rendre hommage.

    Lire aussi:

    Pétain célébré aux Invalides: Macron justifie un choix «légitime» et fait polémique
    99 ans de la fin de la Première Guerre mondiale: Macron «à jamais reconnaissant»
    Mémoire sans frontières: Montpelier célèbre le 75e de la victoire à Stalingrad (Photos)
    Tags:
    palais de l'Élysée, 100ème anniversaire de l'armistice, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik