Ecoutez Radio Sputnik
    Brigitte Bardot (archivo)

    Brigitte Bardot fustige «l'extermination d'animaux», le Net pointe d'autres problèmes

    © AP Photo / Jacques Brinon
    France
    URL courte
    37252

    L'initiative de Brigitte Bardot a eu un grand soutien lorsqu'elle a proposé de s'unir contre la chasse. Dans le même temps, d'autres voix ont suggéré qu'il existait en effet un tas de problèmes d'esclavage sexuel, d'enfants maltraités, de pédophilie, d'excision et d'autres encore plus graves.

    Le manifeste de la Fondation Brigitte Bardot, publié dans Le Parisien samedi, a été largement soutenu et nombreuses ont été les organisations qui ont décidé de s'unir contre la chasse. Sur BFM TV, l'actrice et défenseure des animaux, âgée de 84 ans, a exprimé son indignation face au problème:

    «C'est vraiment scandaleux que maintenant la France soit devenue un centre de loisirs pour extermination d'animaux. Il y a des morts, il y a des blessés et il y a surtout des animaux qui sont pris en otages», a-t-elle lancé.

    Selon Mme Bardot, les autorités sont «à la botte des chasseurs»:

    «Le gouvernement est complètement à genoux […] pour avoir des voix».

    Sur les réseaux sociaux, son manifeste a immédiatement provoqué une vague de critiques positives, mais a aussi fait penser à certains à des problèmes tout aussi importants mais parfois passés sous silence.

    De nombreux utilisateurs ont partagé l'avis de Bardot sur le gouvernement.

    D'autres lui ont reproché son intérêt pour les problèmes des animaux tandis qu'il existe tant d'autres problèmes dignes d'attention.

    Lire aussi:

    Brigitte Bardot vs Nicolas Hulot: les internautes rendent leur verdict sur le clash
    En plein chaos Benalla, Brigitte Bardot invitée à l’Élysée
    Brigitte Bardot: «Si Macron passe, les animaux trépassent»
    Tags:
    défenseurs des animaux, gouvernement, esclavage sexuel, chasse, critiques, problèmes, pédophilie, animaux, attentat, terrorisme, Brigitte Bardot, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik