Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau syrien

    Paris émet des mandats d'arrêt contre trois hauts responsables syriens

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    France
    URL courte
    786138

    La France a émis des mandats d'arrêt internationaux visant trois hauts responsables des services de renseignement de Bachar el-Assad, rapporte l'agence Reuters citant l'avocate des plaignants Clémence Bectarte.

    Les autorités françaises ont émis à la mi-octobre dernier des mandats d'arrêt contre trois responsables des services de renseignement syriens, dont le chef du bureau de la sécurité nationale Ali Mamlouk, relate Reuters qui se réfère à l'avocate Clémence Bectarte et une source judiciaire.

    Outre M.Mamlouk, il s'agit de Jamil Hassan, chef des services de renseignement de l'armée de l'air, et d'Abdel Salam Mahmoud, chef de la branche investigation de ces services.

    Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), les trois responsables sont accusés de complicité de crimes contre l'humanité, liés à la disparition, à la torture et à la mort de deux ressortissants franco-syriens, Mazen et Patrick Dabbagh, et de crimes de guerre concernant Abdel Salam Mahmoud.

    Les deux Franco-Syriens, le père et le fils, ont été arrêtés par les services syriens en novembre 2013 et sont depuis lors portés disparus. En août 2018, les autorités de Damas ont émis des certificats de décès, selon lesquels Patrick et Mazen Dabbagh seraient morts en janvier 2014 et novembre 2017, d'après la FIDH.

    Lire aussi:

    Américains et Saoudiens ont-ils essayé de tendre la main au renseignement syrien?
    Les renseignements américains auraient rencontré en secret leurs homologues syriens
    Changements clefs dans le gouvernement syrien: Bachar el-Assad nomme de nouveaux ministres
    Tags:
    mandat d'arrêt, crimes de guerre, crimes contre l'humanité, justice, renseignement, Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), Clémence Bectarte, Abdel Salam Mahmoud, Jamil Hassan, Ali Mamlouk, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik