Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Pour Macron, Benalla a «fait des fautes»: ironie et théories du complot sur le Net

    © REUTERS / Michel Euler
    France
    URL courte
    Affaire Benalla (79)
    14131

    Affirmant sur Europe1 qu’Alexandre Benalla, son ex-conseiller mis en cause dans plusieurs affaires, dont de violences sur personnes, a «fait des fautes» mais qu’il fallait «avoir de l’indulgence» à son égard, Emmanuel Macron a provoqué un séisme de réactions sur les réseaux sociaux.

    Au cours de l’interview qu’il a accordée mardi matin à Europe1, Emmanuel Macron a notamment été interrogé sur l’affaire Benalla. Sa réponse n’a pas laissé les internautes indifférents, surtout son appel à ne pas traiter son ancien conseiller comme «le plus grand criminel en liberté» malgré sa mise en examen pour violences en réunion, recel de violation du secret professionnel et plusieurs autres infractions.

    De nombreux internautes se moquent des demandes d’Emmanuel Macron, qui a pourtant reconnu qu’Alexandre Benalla avait «fait des fautes» et qu’il s’agissait de «faits graves» en commentant la vidéo montrant M.Benalla en train de rudoyer un couple en marge d'une manifestation du 1er mai place de la Contrescarpe à Paris.

    ​D’autres sont indignés par le terme «fautes» utilisé par le Président pour évoquer les infractions commises par son ancien conseiller, y compris en marge de la manifestation du 1er mai. 

    ​Selon eux, si les actes d’Alexandre Benalla ne sont que des «fautes», on peut aussi le dire de l’élève qui a récemment braqué une arme factice sur un de ses professeurs dans un lycée et renoncer par exemple à prendre des mesures de sécurité renforcée lorsqu’il s’agit de la montée de violence dans les écoles.

    ​Des utilisateurs de réseaux sociaux sont aussi mécontents des propos de M.Macron selon qui on a «perdu l’esprit de mesure» en critiquant Alexandre Benalla. Ils rappellent qu’il est question d’une affaire d’infractions commises par un ancien collaborateur de l’Élysée.

    ​Il y a aussi ceux qui se montrent choqués par la déclaration de M.Macron qui ne savait «même pas que M.Benalla était observateur» et qu’il n’était pas au courant de quoi s’occupaient ses collaborateurs à l’Elysée. D’après ces internautes, cela risque de créer de nouvelles mauvaises surprises pour les Français à l’avenir.

    ​D’autres personnes vont encore plus loin en essayant de comprendre pour quelles raisons le Président continue de soutenir son ancien conseiller. Ils s’interrogent pour savoir si M.Benalla possède quelques informations confidentielles pour être ainsi protégé. 

    ​Des amateurs de théories de complot affirment même que l’intervention de M.Macron sur l’affaire Benalla serait un moyen d’influer sur le Sénat qui a formé une commission d’enquête spéciale.

    ​D’autres se demandent pourquoi le chef d’État revient sur cette affaire presque oubliée depuis l’été et se répondent qu’il voudrait probablement détourner l’attention des problèmes qui font manifester les ambulanciers ou les policiers.

    #Benalla, Mr #Macron on avait presque oublié l’affaire mais qui remet de l’huile sur le feu? Vous même, qui demandait qu’on passe à autre chose! Que cherchez-vous?

    ​Certaines personnes essaient de trouver d’autres explications, moins évidentes, mais plus amusantes, au soutien apporté par M.Macron à son ancien conseiller.

    ​Dans une interview, le chef de l’Élysée affirme n’avoir «rien dissimulé» et prône la transparence, mais des commentateurs ironiques lui rappellent que ce sont les médias qui ont révélé l’affaire Benalla. 

    ​Et comme cela arrive assez souvent lors des discussions sur des sujets politiques, on trouve des appels à sanctionner le «non-respect» des Français lors des prochaines élections. 

    Dossier:
    Affaire Benalla (79)

    Lire aussi:

    Benalla et l’Elysée démentis par les faits
    EN DIRECT: l'audition du ministre de l'Intérieur Collomb à l'Assemblée nationale
    Le contrat et une fiche de paie d'Alexandre Benalla à l’Élysée révélés
    Tags:
    réaction du Net, Internet, Europe1, Sénat français, Alexandre Benalla, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik