France
URL courte
42565
S'abonner

Une vague de questions a submergé mardi les réseaux sociaux après que six personnes suspectées d'avoir voulu s'en prendre à Emmanuel Macron ont été interpellées. Un certain nombre d'internautes ont dénoncé les manipulations des médias agissant, selon eux, dans les intérêts du gouvernement, ainsi que l'efficacité des forces de police.

Après que la DGSI a interpellé six individus soupçonnés d'avoir planifié une action violente contre Emmanuel Macron, des Français ont fait part de leur colère sur Twitter, avançant des théories concernant la signification de l'arrestation qui s'était déroulée mardi dans la matinée.

Certains ont fustigé le fait que de telles «manipulations» servaient à des buts précis. D'autres se sont montrés plus sceptiques.

Parmi les «vrais problèmes» a été mentionnée la capacité des forces de l'ordre françaises à déjouer des menaces bien plus graves, selon les utilisateurs, que celle représentée par les six personnes interpellées aujourd'hui.

Le moment choisi pour procéder à ces interpellations a aussi fait l'objet de commentaires.

Les chances de réussite de cette tentative pour s'attaquer au Président de la République ont été évaluées.

Mardi 6 novembre, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a interpellé six individus soupçonnés d'avoir planifié une action violente contre Emmanuel Macron, a annoncé BFM TV. Ces personnes seraient liées à l'ultra-droite, a précisé à l'AFP une source proche de l'enquête.

Chez un des arrêtés, la police a retrouvé une arme, un calibre 44 et des amorces de grenade.

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Tags:
réaction, Internet, internautes, police, interpellation, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook