Ecoutez Radio Sputnik
    Dijon

    À Dijon, une mère prénomme son enfant Jihad et passera bientôt devant un juge

    CC BY 2.0 / Bernd Baltz
    France
    URL courte
    15137

    Après qu’une mère a prénommé son enfant Jihad, la mairie de Dijon a saisi la justice pour obtenir l’annulation de son choix, rapporte la presse française. Selon le procureur de la République de Dijon cité par des médias, la femme devrait recevoir une assignation pour audience devant un juge aux affaires familiales.

    La mairie de Dijon a saisi la justice en vue de faire annuler le choix du prénom Jihad qu'une mère veut donner à son fils né la semaine dernière, a annoncé le parquet de la ville auquel des médias se réfèrent.

    «Le parquet de Dijon a bien reçu le dossier de la part du maire de Dijon. Nous allons ce jour délivrer une assignation en matière d'annulation de prénom à l'attention de la mère de l'enfant pour une audience devant le juge aux affaires familiales de Dijon», a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Dijon, Eric Mathais.

    D'après lui, « même si le prénom de Jihad ou Djihad est un prénom attribué dans le monde arabe et qui signifie sur le livre des prénoms du monde arabe: combat sacré; guerre sainte; travail; effort et qu'il peut donc avoir un sens positif, il n'en demeure pas moins que dans l'opinion publique et au vu du contexte terroriste actuel, ce prénom est nécessairement associé aux mouvements islamistes intégristes».

    Le 3 novembre, la mère du nouveau-né a annoncé que si le nom qu'elle avait choisi n'était pas accepté, elle intervertirait deux lettres et l'appellerait Jahid, précise la presse française.

    Lire aussi:

    Le prénom Mohammed est le troisième plus populaire pour les bébés à Vienne
    Des demandeurs d'asile afghans agressent une femme à Dijon à cause d'un décolleté
    Le top 5 des prénoms les plus populaires en Seine-Saint-Denis l’année prochaine révélés
    Tags:
    parquet, enfants, prénoms, juges, justice, Dijon, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik