France
URL courte
262631
S'abonner

Le seul porte-avions à propulsion nucléaire européen, lourd de 42.000 tonnes, mettra le cap sur l’Océan indien après 18 mois d’une rénovation qui a coûté 1,3 milliard d’euros.

Après plus de 18 mois d'importants travaux, le porte-avions Charles-de-Gaulle, entré en service en 2001, s'apprête à entamer sa deuxième vie.

L'annonce a été officialisée jeudi par le ministère des Armées, à l'occasion d'une visite de la ministre de la Défense Florence Parly sur le navire, indique l'AFP. Après quelque 4 millions d'heures de travail effectuées à la base navale de Toulon, pour une facture s'élevant à plus d'un milliard d'euros, les travaux de rénovation du Charles-de-Gaulle, seul porte-avions nucléaire français, sont achevés, a fait savoir la responsable. Une rénovation qui devrait le mener jusqu'à son retrait du service actif «autour de 2038».

Le mastodonte de 42.000 tonnes (4 fois la tour Eiffel), doit se rendre à partir du premier trimestre 2019 dans l'Océan indien. Sans plus attendre, le navire a déjà entamé un cycle d'entraînement après une première phase d'essais en pleine mer de ses nouveaux outils.

Outre des travaux d'entretien et de maintenance, le Charles-de-Gaulle a modernisé son système de combat à travers ses radars de veille et de navigation, tout comme ses capteurs infrarouges, précise la Marine nationale.

Long de 261,5 mètres, le vaisseau-amiral français qui peut emporter 40 aéronefs, dont 30 avions Rafale, a également revu ses installations d'aide à l'appontage et amélioré sa plateforme.

Lire aussi:

Des chercheurs alertent sur les «conditions épidémiques parfaites» créées par l’Homme
Et si les formes sévères du Covid-19 étaient liées à une carence en cette vitamine?
Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Tags:
rénovation, Charles de Gaulle (porte-avions), océan Indien, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook