Ecoutez Radio Sputnik
    Le porte-avions Charles de Gaulle

    La France doit-elle se doter d’un 2e porte-avions? Macron donne les conditions

    © REUTERS / Jean-Paul Pelissier
    France
    URL courte
    411119

    La décision de construire un nouveau porte-avions français pourrait être prise d’ici 18 mois, a déclaré mercredi le Président français. Selon lui, elle dépendra de l’évolution des menaces auxquelles la France fait face.

    Le gouvernement français décidera d'ici 18 mois si l'armée française a besoin d'un nouveau porte-avions, a déclaré mercredi Emmanuel Macron interrogé par la chaîne TF1.

    «Il est aujourd'hui trop tôt pour le dire. J'ai lancé les études, dans 18 mois, c'est l'année 2020 qui sera charnière, nous pourrons répondre à cette question», a-t-il lancé depuis le porte-avions Charles de Gaulle.

    Selon lui, cette décision dépendra de l'évolution des menaces, du développement des technologies ainsi que du comportement des partenaires de la France. Il a précisé que le seul objectif de la construction d'un nouveau porte-avions doit être la protection du pays.

    «C'est un choix que l'on fera en 2020. Ce choix sera conduit par un objectif: protéger la France, les Françaises et les Français, permettre à nos soldats d'avoir les meilleurs outils pour cela et pour les protéger eux-mêmes, et être en capacité de répondre aux menaces du monde d'aujourd'hui et de demain», a-t-il précisé en indiquant qu'un nouveau porte-avions représenterait un investissement de «quatre à cinq milliards d'euros».

    Le seul porte-avions dont l'armée française est dotée aujourd'hui, le Charles de Gaulle, mis en service en 2001, vient de sortir de 18 mois de travaux. Il doit être retiré des mers d'ici 2040.

    Lire aussi:

    Emmanuel Macron en réponse à Trump: «être allié, ce n'est pas être vassal»
    De Gaulle : un combat pour la multipolarité du monde
    Macron regrette: «Je n’ai pas réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants»
    Tags:
    porte-avions, Charles de Gaulle (porte-avions), Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik