Ecoutez Radio Sputnik
    Fake News

    «La muselière de la censure arrive»: l’adoption à l'Assemblée de lois anti-fake news

    CC0 / pixabay/Wokandapix
    France
    URL courte
    30041

    «Restons vigilants... entre lutte contre les fake news et censure d’articles plus sérieux, il n’y a qu’un pas»: contestée par l’opposition française, la loi contre la «manipulation de l’information» a finalement été adoptée en force par l'Assemblée nationale.

    Le Parlement a adopté définitivement mardi, par un ultime vote de l'Assemblée, les deux projets de loi controversés contre «la manipulation de l'information» en période électorale.

    Le premier texte a été voté par 183 voix contre 111 et 8 abstentions, avec l'appui de la majorité LREM-MoDem. Le second a été approuvé par 347 voix contre 204 et 14 abstentions, lors d'un vote auquel davantage de députés ont pris part. Droite et gauche ont voté contre ou se sont abstenues, dénonçant des lois «inutiles» et pointant «un risque», notamment pour la liberté d'expression.

    Des associations de journalistes se sont aussi élevées contre ces textes, craignant notamment un premier pas vers une possible censure d'État. De plus, de nombreux internautes ont exprimé leur opposition.

    Le chef de l'État français avait annoncé en janvier, lors de ses vœux à la presse, vouloir «faire évoluer notre dispositif juridique pour protéger la vie démocratique de ces fausses nouvelles» dans une allusion à peine voilée aux médias RT et Sputnik.

    Dans tous les cas de figure, le projet de loi anti-fake news prend la forme d'un instrument de lutte contre l'agence Sputnik et la chaîne RT, a commenté la rédactrice en chef de ces deux médias Margarita Simonian.

    Lire aussi:

    Loi anti-«fake news»: pour Maurice Leroy, le défi est de trouver un point d’équilibre
    Loi fake news de Macron: pas très évident comme mission selon des analystes
    Sénateur russe: la loi fake news sera «dirigée contre le pluralisme d’opinion»
    Tags:
    loi anti-fake news, désinformation, Assemblée nationale française, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik