Ecoutez Radio Sputnik
    A picture taken on July 4, 2015 shows the bagde of a French police officers from the gendarmerie during a traffic control at a motorway tollbooth in Fleury-en-Bière.

    Le neveu de Bruno Retailleau se serait tué après avoir été pourchassé par l’armée de l’air

    © AFP 2018 JACQUES DEMARTHON
    France
    URL courte
    121066

    Après avoir volé un avion, un jeune homme s'est donné la mort mercredi à l'aérodrome où il avait été forcé d'atterrir par l'Armée de l'air française.

    Un jeune homme de 20 ans a mis fin à ses jours devant les gendarmes qui étaient venus l'interpeller après qu'il a volé un avion, selon des informations d'Europe 1.

    D'après l'article, il avait pénétré par effraction mercredi matin dans un aéroclub de Charente-Maritime, récupéré les clés d'un monomoteur et s'était installé aux commandes avant de monter dans le ciel.

    Les responsables de l'aéroclub n'auraient remarqué la disparition de leur aéronef que deux heures plus tard et auraient prévenu les autorités.

    L'article ajoute qu'un avion de chasse a rapidement repéré l'appareil dans les airs. Il a pris en charge le monomoteur et obligé son pilote à atterrir. Le pilote a alors tranquillement quitté le cockpit, avant de se tirer une balle dans la tête avec une arme qu'il détenait.

    L'individu en question était Nicolas Retailleau, le neveu de Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, qui avait précédemment volé plusieurs avions. Son père, Sébastien Retailleau, directeur général adjoint du Parc Astérix, avait évoqué les problèmes psychologiques dont souffrait son fils.

    Lire aussi:

    Pilote de 70 ans mort, aéronef brûlé: collision de 2 avions légers en Allemagne
    États-Unis: un monomoteur atterrit d’urgence sur l’autoroute (vidéo)
    Aux USA, un avion atterrit d’urgence sur une route animée (vidéo)
    Tags:
    arme à feu, chasseur, avion, gendarmes, Europe1, Bruno Retailleau, Charente-Maritime, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik