Ecoutez Radio Sputnik
    Université de Paris sous la neige

    Les étudiants étrangers paieront plus cher leur scolarité: «c’est une mesure injuste»

    © Sputnik . Julien Mattia
    France
    URL courte
    Mikaël Doulson
    848

    À la rentrée 2019, les frais d’inscription à l’université en France seront multipliés par 16 pour les étudiants étrangers extra-européens. Syndicats étudiants et étudiants étrangers sont vent debout contre la mesure. S’agit-il d’une «discrimination indirecte» ou d’une mesure juste? Sputnik est allé à la rencontre des opposants à la réforme.

    «Cette mesure est injuste, elle va créer une différence de traitement entre les étudiants étrangers et les étudiants français ou européens. Elle va créer une scission sociale dans l'accès à l'université. Ceux qui ont de l'argent pourront venir en France pour étudier et des gens brillants qui ont moins d'argent ne pourront pas payer ces frais et devront rester dans leur pays», s'indigne au micro de Sputnik Coline Mayaudon, étudiante en Droit et ancienne porte-parole du syndicat général des lycéens.

    2.770 euros pour une année de licence (contre 170 aujourd'hui), et 3.770 euros pour une année de master ou de doctorat (contre respectivement 243 et 380 euros actuellement). Ce sont les sommes que devront débourser les étudiants étrangers non-européens qui souhaitent venir étudier en France à partir de la rentrée 2019. L'annonce a été faite par le Premier ministre Édouard Philippe le 19 novembre lors des Rencontres universitaires de la francophonie.

    Ces sommes correspondent selon l'exécutif à un tiers du coût réel d'un étudiant en France (le coût moyen d'un étudiant était d'environ 10.000 euros en 2016). Ces tarifs se situent en tout cas bien en deçà des frais d'inscription demandés dans d'autres pays européens (8.000 à 13.000 euros aux Pays-Bas, plusieurs dizaines de milliers de livres en Grande-Bretagne) et sans commune mesure avec les dizaines de milliers de dollars requis pour étudier aux États-Unis ou au Canada.

    Pourtant, cette mesure risque d'avoir un impact majeur sur les choix d'expatriation opérés par les étudiants étrangers dans les années à venir. Coline Mayaudon considère que les sommes demandées sont «astronomiques» lorsqu'on considère le niveau de vie d'un étudiant et le coût de la vie élevé en France:

    «Le gouvernement français s'inspire des pays nord-américains, mais cela ne nous ressemble pas. Les étrangers ne viennent pas étudier en France parce que c'est moins cher, ils viennent pour découvrir la culture française et l'enseignement français. L'université française a une spécificité intellectuelle et sociologique. La mixité sociale de l'université française est fondamentale, car elle participe à former des étudiants brillants et à faire rayonner nos universités à l'échelle internationale», estime-t-elle.

    Ramata Maïga, une étudiante en master Action publique à l'université Paris-Est Créteil, et originaire du Burkina Faso, confie au micro de Sputnik l'impact que pourrait avoir cette mesure sur sa scolarité.

    «Si cette mesure avait été en place lorsque je me suis inscrite à l'université en France, je ne serais pas là aujourd'hui. Il est impossible pour moi de débourser plusieurs milliers d'euros par an pour payer mes frais de scolarité. Mon job étudiant me permet juste de vivre. Moi, je vis avec 3.000 à 4.000 euros pour couvrir mes dépenses de toute l'année», confie-t-elle.

    Ramata Maïga n'est pas la seule dans ce cas. De nombreux étudiants, venant principalement d'Afrique mais aussi d'Amérique latine ou d'Asie, n'ont pas autant de capacités financières que la plupart des étudiants européens, qui eux non plus n'ont pas tous les moyens de financer leurs études, rappelons-le. Les étrangers aspirant à un diplôme français pourraient donc revoir leur ambition et se reporter sur d'autres destinations plus accessibles, en privilégiant par exemple la mobilité régionale.
    Pourtant, le gouvernement français souhaite augmenter le nombre d'étudiants étrangers dans les universités françaises, pour passer d'environ 300.000 actuellement à 500.000 en 2027.

    ​La mesure du gouvernement s'inscrit dans une stratégie politique d'attractivité mise en place par l'exécutif sous le slogan #BienvenueEnFrance.

    Mais ce hashtag ne fait pas l'unanimité dans la classe politique.

    Benoit Hamon y a réagi vivement sur Twitter, accusant le Premier ministre de cynisme et de déroger à la vocation d'accueil de l'université française.

    Allant dans le même sens, les deux principaux syndicats étudiants à savoir l'UNEF (Union Nationale des Étudiants de France) et la FAGE (Fédération des Associations Générales Étudiantes) s'insurgent contre la mesure annoncée:

    ​La mesure, très impopulaire auprès de ces syndicats étudiants, se justifie aux yeux du gouvernement par le fait que les contribuables français pauvres (mais aussi les riches) paient aujourd'hui la scolarité des étudiants étrangers riches (mais aussi des pauvres).

    ​Le gouvernement français promet par ailleurs la création de 14.000 bourses d'exemption de frais, afin qu'un étudiant sur quatre puisse bénéficier d'une exonération ou d'une bourse et poursuive ses études dans de bonnes conditions financières.

    ​Il met aussi en avant l'amélioration des conditions d'accueil des étudiants que permettra cette augmentation des frais d'inscription: multiplication des cours de français pour étrangers, formalités simplifiées…

    Pour autant, certains opposants à cette flambée des droits d'inscription pour les étrangers placent le débat sur le plan politique. Ainsi en est-il de Thomas Kirszbaum, sociologue associé à l'Institut des Sciences sociales du Politique (ENS Cachan):

    ​Rétorquant à l'annonce du Premier ministre, la journaliste brésilienne formée en France Augusta Lunardi, a publié une tribune intitulée «Monsieur le premier ministre, vous ne connaissez pas notre réalité». Elle y décrit les conditions dans lesquelles elle est venue en France pour étudier il y a six ans, en travaillant pour financer ses études, comme de nombreux autres étudiants, qu'ils soient français ou étrangers.

    Elle raconte que bien que remplissant tous les critères socio-économiques, la bourse lui a été refusée au motif que ses parents ne déclaraient pas leurs impôts en France. L'absence de bourse lui a aussi fermé la porte à l'aide au logement, l'obligeant à cumuler trois emplois pour s'en sortir financièrement. Malgré ces difficultés, elle vante le mérite de l'Université française.

    «Si j'ai pu étudier ici, et devenir journaliste, c'est grâce au système universitaire français. Un système public, universel et de qualité,» confie la journaliste brésilienne Augusta Lunardi.

    L'étudiante burkinabè Ramata Maïga craint également que la mesure annoncée par le gouvernement soit contre-productive:

    «Pour moi, cette mesure vise à réduire le nombre d'étudiants étrangers en France, même si l'annonce du gouvernement prétend le contraire. Cette mesure entend rendre la France plus attractive, mais des frais de scolarité élevés bloqueront l'accès aux étudiants africains. Pour un étudiant togolais ou burkinabè, il est impossible de payer 2.000 euros pour sa scolarité. J'espère que le gouvernement tiendra compte du pays d'origine et fera la différence entre un étudiant canadien et un étudiant venant d'Afrique subsaharienne.»

    L'étudiante en Droit engagée Coline Mayaudon confie son inquiétude sur cette mesure qui pourrait encourager le gouvernement à «faire de l'argent sur le dos des étudiants»:

    «Aujourd'hui, cette mesure concerne les étudiants étrangers, mais qui nous dit que cette mesure ne sera pas étendue aux étudiants français dans quelques années?»

    Un rapport de la Cour des comptes, commandé par le député LREM Fabrice le Vigoureux, semble lui donner raison. Ce rapport, intitulé «Les droits d'inscriptions dans l'enseignement supérieur public», préconise en effet une hausse des droits d'inscription à l'université pour tous les étudiants, en priorité en master. Ce rapport qui, selon les informations du quotidien Le Monde, doit être transmis dans les prochains jours aux membres de la commission des finances de l'Assemblée nationale, laisse penser que l'augmentation des frais de scolarité risque de s'appliquer autant aux étudiants étrangers qu'aux étudiants français dans les années à venir.

    Coline Mayaudon rappelle que l'aspect économique n'est pas le seul critère pour évaluer l'apport d'un étudiant étranger dans la société française:

    «Les étudiants étrangers contribuent au pays d'accueil sous un angle social davantage que sous un angle économique. Je regrette que l'aspect économique prime toujours sur les aspects sociétaux et culturels. Certes, le système éducatif français implique que les contribuables financent les études de ceux qui veulent aller à l'université. Mais pour moi, il ne faut pas faire de distinction entre les étudiants français, européens, étrangers. À la fin de leur formation, les personnes qui rentrent dans leur pays permettent aussi de faire rayonner la culture française à l'étranger.»

    Lire aussi:

    Les jeunes plus que jamais en désamour avec la politique
    Une Université bouddhiste en Bouriatie
    Les étudiants de Damas manifestent contre les frappes US à Shayrat
    Tags:
    étudiants étrangers, BienvenueEnFrance, frais de scolarité, université, augmentation, FAGE, UNEF, gouvernement français, Fabrice le Vigoureux, Coline Mayaudon, Benoit Hamon, Thomas Kirszbaum, Augusta Lunardi, Ramata Maïga, Edouard Philippe, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik