Ecoutez Radio Sputnik
    L’événement #JeMarcheLe24, place de l’Opéra à Paris, 24 novembre 2018

    #JeMarcheLe24: des féministes veulent tordre le cou aux violences sexistes et sexuelles

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Mike Beuve
    705

    A l’appel du mouvement citoyen #NousToutes, des féministes ont décidé de se mobiliser pour prendre part à l’événement #JeMarcheLe24 qui a lieu ce samedi place de l’Opéra à Paris. Elles souhaitent dénoncer les violences sexistes et sexuelles et l’impunité de leurs auteurs.

    «Dire stop, faire en sorte que les femmes ne se sentent plus seules face aux violences sexistes et sexuelles». Une revendication aussi limpide que difficile à faire entendre. Après #Metoo et #Balancetonporc qui ont permis de libérer la parole des femmes, le mouvement citoyen #NousToutes les appelle, ce samedi 24, à descendre dans les rues de Paris et de toute la France. Les instigatrices du mouvement souhaitent dénoncer les violences sexistes et sexuelles ainsi que l’impunité de leurs auteurs.

    L’événement #JeMarcheLe24, place de l’Opéra à Paris, 24 novembre 2018
    © Sputnik .
    L’événement #JeMarcheLe24, place de l’Opéra à Paris, 24 novembre 2018

    Dans une pétition qui a recueilli 168.295 signatures, les membres de #NousToutes ont détaillé les actions qui permettraient d’accompagner et de protéger les femmes victimes de violence.

    «Nous exigeons des mesures ambitieuses et des moyens financiers suffisants pour que l’action publique mette la lutte contre les violences en top des priorités: éducation dès le plus jeune âge, formation obligatoire des professionnel.le.s, application de l'ordonnance de protection, augmentation des moyens pour accueillir les femmes victimes…»

    On rappellera quelques chiffres qui font froid dans le dos. Une  femme décède sous les coups de son conjoint tous les trois jours (source: Délégation aux victimes, Direction générale de la police nationale – traitement ONDRP – 2010 à 2016); une femme sur sept déclare avoir vécu au moins une forme d’agression sexuelle au cours de sa vie; 3,7 % des femmes affirment avoir subi au moins un viol ou une tentative de viol (source: enquête VIRAGE, Ined, 2016). En moyenne, le nombre de femmes âgées de 18 à 75 ans qui au cours d'une année sont victimes de viol et de tentative de viol est estimé à 84.000, toujours selon l’enquête VIRAGE. Dans 45% des cas, l'auteur des faits est le conjoint ou l'ex-conjoint et dans 46% des affaires, il est connu de la victime, qui ne porte plainte que dans 9% des cas.

    L’événement #JeMarcheLe24, place de l’Opéra à Paris, 24 novembre 2018
    © Sputnik .
    L’événement #JeMarcheLe24, place de l’Opéra à Paris, 24 novembre 2018

    Et la tendance ne risque pas de s’inverser. Ainsi, les signalements concernant des violences faites aux femmes ont connu une augmentation de 22% cette année. Les agressions sexuelles sont également en hausse, +23,1% par rapport aux sept premiers mois de 2017.

    Si pour le gouvernement «la priorité a été donnée à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, au regard de l’enjeu vital qu’elle représente», le budget alloué à ce combat est encore en-deçà des espérances. Et pour cause, le budget du secrétariat d’État chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes était en 2017 de 29,81 millions d’euros; en 2019, il sera de 30 millions. En outre, le crédit interministériel consacré à l’égalité femmes-hommes est passé de 400 millions en 2017 à 420 millions en 2018.

    Les gilets jaunes trouble-fête?

    Au-delà des moyens financiers mis en place par l’exécutif, des associations comme Les éffronté-es déplorent l’attitude générale de la classe politique qui, selon elles, est «révélatrice du peu de cas que l’on fait de nos luttes». En effet, elles fustigent l’engouement créé par le mouvement citoyen des gilets jaunes chez les personnalités politiques qui trouve un écho bien plus fort que la lutte contre les violences faites aux femmes.

    «Les Gilets Jaunes décident que Paris sera bloquée ce jour-là, et décrètent qu'ils se rassembleront à une station de métro du départ de notre manifestation. Des responsables politiques de tous bords, même ceux qui ont cosigné notre appel et engagé leur organisation, les soutiennent bruyamment, quand ils ne nous avaient soutenu que du bout du Tweet, et encore.»

    Des internautes ont exhorté les Français à ne pas participer au rassemblement des gilets jaunes. Une présence qui vient perturber l’organisation prévue de longue date par les féministes.

    L’événement #JeMarcheLe24, place de l’Opéra à Paris, 24 novembre 2018
    © Sputnik .
    L’événement #JeMarcheLe24, place de l’Opéra à Paris, 24 novembre 2018

    «Je viens de voir un événement Facebook #GiletJaune samedi 24 à Concorde… S'il vous plaît n'y participez pas, c'est le jour de #NousToutes ça fait plus de 2 mois que cette date a été choisie et c'est un mouvement très important qui ne doit pas éclipsé dans les médias», peut-on lire sur Twitter.

    La préfecture de police de Paris a d’ailleurs décidé de changer le point de départ de leur marche.

    Lire aussi:

    La France devient-elle un pays dangereux pour les femmes?
    Explosion du nombre de violences sexuelles et de cambriolages en 2017 en France
    «Macron c’est de la poudre de perlimpinpin»: les femmes en colère à Paris
    Tags:
    gilets jaunes, femmes, féminisme, marche, manifestation, violences, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik