Ecoutez Radio Sputnik
    Christophe Castaner

    «Victime» des «gilets jaunes», Castaner n’inspire pas de compassion à la Toile

    © AP Photo / Francois Mori
    France
    URL courte
    69165

    Le ministre français de l’Intérieur semble avoir appris à ses dépens le caractère «violent» des manifestations des «gilets jaunes». Selon lui, sa maison a été «attaquée» par des manifestants faisant des… selfies.

    Dans une interview accordée vendredi au journal Midi Libre, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner s'en est à nouveau pris au mouvement des «gilets jaunes» en les accusant de «violences». D'après ses dires, son domicile a été récemment attaqué par des manifestants.

    «Il y a eu des violences, des insultes, des attaques racistes, antisémites, homophobes. À l'inverse, ma maison personnelle à Forcalquier, où j'ai ma femme et ma fille, a été attaquée hier par les "gilets jaunes», a-t-il martelé.

    Il a ensuite précisé que ceux-ci étaient en train de faire… des selfies devant sa maison.

    «Ils étaient là devant à faire des selfies, à poster des messages sur Facebook. Je trouve ça insupportable. Qu'ils m'attaquent, qu'ils m'insultent, qu'ils trouvent que je sois nul, je l'entends», a-t-il ajouté.

    Une photo montrant cette «attaque» a été publiée sur le Net.

    ​De nombreux internautes ne croient pas aux déclarations de M.Castaner.

    ​​​Certains estiment qu'il s'agit d'une nouvelle tentative de «discréditer» la mobilisation des «gilets jaunes».

    ​​Néanmoins, il y a ceux qui sont d'accord avec le ministre français de l'Intérieur et ont peur pour leur propre sécurité. 

    Lire aussi:

    Crise de «démocratie» ou «dictature déguisée»? Le Net sur les propos d’Hollande
    Des «scènes de guerre»? La comparaison faite par Macron engendre une polémique sur le Net
    Macron promet une baisse «drastique» du prix du permis: quid de celui du carburant?
    Tags:
    gilets jaunes, attaque, Internet, Christophe Castaner, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik