Ecoutez Radio Sputnik
    François Asselineau

    Asselineau appelle les «gilets jaunes» à exiger la destitution de Macron, la Toile réagit

    © AFP 2019 Lionel Bonaventure
    France
    URL courte
    9515110

    Invitant les «gilets jaunes» à demander la destitution d’Emmanuel Macron, François Asselineau a suscité de nombreuses réactions de la part des Français sur les réseaux sociaux. Un appel lancé «pour ne rien dire» ou pour jeter de l’huile sur le feu, estiment certains internautes.

    Après que le président de l'UPR, François Asselineau, a lancé, dans une déclaration publiée sur son compte Twitter, un appel aux «gilets jaunes» à demander la destitution du Président de la République, des utilisateurs des réseaux sociaux n'ont pas pu se priver de faire part de leurs réactions éloquentes.

    Un grand nombre d'internautes ont accueilli cette annonce de François Asselineau avec enthousiasme:

    D'autres ont néanmoins estimé que cet appel n'aboutirait jamais à la destitution du Président de la République du fait qu'il se heurterait à de nombreux obstacles:

    Selon d'autres encore, le déclenchement de cette procédure est pour le moment prématuré, mais sera probablement à l'ordre du jour dans quelques mois si la situation vient à dégénérer:

    Dans le même temps, plusieurs internautes n'ont pas soutenu l'appel à la destitution d'Emmanuel Macron.

    D'après eux, la déclaration de François Asselineau ne fait que relever d'un discours creux ou encore d'une «diversion» et d'un jet de l'huile sur le feu au moment où la France traverse de diverses difficultés au niveau social:

    Selon les opposants à l'appel de François Asselineau, le chef de l'UPR ne fait qu'un coup de communication et il lui faudra trouver un autre moyen pour améliorer son score lors des prochaines élections.

    Lire aussi:

    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Un dîner en ville qui passe mal
    Tags:
    destitution, gilets jaunes, François Asselineau, Emmanuel Macron, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik