Ecoutez Radio Sputnik
    Marine Le Pen

    «Gilets jaunes»: pour Marine Le Pen, le gouvernement a «laissé venir» les casseurs

    © AFP 2018 Charly Triballeau
    France
    URL courte
    Mouvement des «gilets jaunes» en France et en Belgique (193)
    11194

    La police n’a pas agi contre les casseurs lors des manifestations de «gilets jaunes» samedi, car le gouvernement les a «laissé venir» volontairement, est persuadée Marine Le Pen, mise en cause par Christophe Castaner en s’exprimant sur les incidents sur les Champs-Élysées. Sa réponse a eu de l’écho après des internautes.

    Commentant les violences qui se sont produites le 24 novembre en marge de la mobilisation des «gilets jaunes» sur les Champs-Élysées, la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, a estimé que le gouvernement avait volontairement «laissé venir» des casseurs pour décrédibiliser les manifestants.

    ​Répondant sur BFM TV à la question de savoir si les forces de l’ordre avaient raison de rétablir l’ordre, elle a souligné que le sujet n’était pas là:

    «A-t-on donné aux forces de l’ordre des ordres pour arrêter les casseurs immédiatement pour les mettre hors d’état de nuire? Eh bien non.»

    Elle explique que les premières arrestations ont eu lieu à 15 heures, tandis que la première grenade a été lancée à 9h30.

    «Je le dis clairement: il y a une volonté de la part du gouvernement d’avoir des images spectaculaires pour décrédibiliser», a-t-elle déclaré.

    Interrogée par Jean-Jacques Bourdin sur le sens de son message et s’il ne signifiait pas que le gouvernement aurait encouragé l’action des casseurs, elle répond: «de les avoir laissé venir».

    Or, si une partie des internautes ont trouvé ses propos complotistes, d’autres ont estimé qu’elle avait raison. D’ailleurs figurent parmi ces derniers des utilisateurs qui affirment être en désaccord avec elle d’habitude:

    ​Certains ont même indiqué que les actions des forces de l’ordre avaient été mises en cause par des syndicats de police:

    ​Rappelons que samedi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait laissé entendre en commentant les affrontements entre les «gilets jaunes» et les forces de l’ordre que «les séditieux ont répondu à l'appel notamment de Marine Le Pen».

    Sur BFM TV, Marine Le Pen a également accusé le ministre de faire d'elle un «bouc émissaire», «peut-être pour détourner l'attention […] du refus du gouvernement de répondre à des préoccupations qui sont essentielles, qui sont des préoccupations de souffrance de la part du peuple français qui n'arrive plus à faire face à la politique qui est menée par Emmanuel Macron».

    Depuis 10 jours, les «gilets jaunes» manifestent dans toute la France, bloquant des routes ou occupant des ronds-points. Ils étaient 282.000 mobilisés le 17 novembre et encore quelque 106.000 le 24 novembre, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, que les «gilets jaunes» considèrent comme très sous-estimés.

    Dossier:
    Mouvement des «gilets jaunes» en France et en Belgique (193)

    Lire aussi:

    Plus que pour Charlie Hebdo: 4.000 CRS mobilisés pour les «gilets jaunes» à Paris
    Manif des Gilets jaunes, vont-ils prendre la clef des Champs… Élysées?
    Macron compare les manifestations des «gilets jaunes» à des «scènes de guerre»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik